SimCity 2000 (PC, 1993)

icone ordinateur pcSIMCITY 2000
Année : 1993
Studio : Maxis
Éditeur : Maxis
Genre : Sim and the City
Joué et testé sur PC
Support : CD-ROM


Vous êtes l’administrateur d’une commune. Problème, tout est encore vierge, mais heureusement, vous êtes l’homme de la situation. Votre mission, construire une ville, y apporter tous les éléments importants qui la composent et bien entendu, essayer d’y attirer la population. Parce que sans population, pas d’impôts ; pas d’impôts, pas d’argent ; et pas d’argent, pas de ville… Alors faites chauffer les pelles mécaniques, et au boulot !

La série des Sim City est désormais connue de tous. Sorti sur bon nombre de plateformes (PC, MAC, SNES, Playstation, iPhone,…) et dérivé sous toutes les formes possibles, Sim Farm, Sim Golf, Simlife en j’en passe…, cet opus « 2000 » sorti en l’an de grâce 1993 est sans doute un des meilleurs. Très similaire au premier opus qui a posé les bases, il est en quelque sorte une remise à niveau mais où absolument tout a été amélioré. Jeu complexe sur bien des points, il est à la fois prenant et arriver à faire une ville digne de ce nom relève parfois de l’impossible tant ce qui peut vous arriver peut être imprévisible.

Vous commencez donc avec un certain budget qui vous sera utile dans un premier temps pour travailler le terrain. Votre surface de construction est limitée à une zone carrée d’assez grande envergure mais absolument « brute », c’est-à-dire remplie de forêts, de cours d’eau aléatoires, mais surtout de reliefs pas toujours avantageux. A vous donc de niveler avec votre pelle-mécanique au moins une petite surface qui constituera la zone de départ de votre ville.
Une fois le terrain à votre convenance avec le peu de moyens qu’on vous a confié au départ, il est temps de donner un nom à votre ville. Et vous voilà parti dans la dure vie de Sim City ! Il va falloir penser à tout et rapidement mettre en place les 3 différentes zones du jeu, à savoir la zone résidentielle, où vont venir s’installer vos habitants, les zones commerciales où vont arriver des boutiques et autres lieux où vos concitoyens pourront dépenser leur argent, et les zones industrielles, indispensables à la survie d’une ville. Mais il ne faudra pas faire ça n’importe comment ! En effet, mettre une zone industrielle avec ses centrales au charbon (les moins chères au départ) trop proches risque de faire fuir vos habitants. Il ne faut donc pas faire n’importe quoi et essayer de créer une ville cohérente.

Mais tout ne se résume pas à poser ces « zones » au bon endroit. Oulalala, ce n’est que le début… Il va falloir y mettre tous les services nécessaires à la survie d’une ville : pompiers, police, hôpitaux, écoles, universités,… et j’en passe ! Sans parler de tout ce qui est «divertissement» : Stades, parcs, musées ports de plaisance,… sans oublier de quoi décorer votre ville à base de fontaines, de forêts, lacs,… Développer les grands axes à base d’autoroutes, de bretelles, sans oublier les aéroports… Autre point très important à souligner, il va falloir faire arriver l’électricité (centrales, lignes électriques) mais également l’eau courante (château d’eau, canalisations) pour que tout ce petit monde puisse prospérer correctement… Un vrai casse tête ! Mais ce n’est pas fini…
Tout ça coute de l’argent ! Il va falloir donc jongler et faire le point entre ce qui rentre comme finances, et ce qui sort ! Il va falloir faire attention à ne pas trop monter les impôts sous peine de faire fuir les habitants, mais ne pas les mettre trop bas non plus pour pas être ruiné trop rapidement… Dure dure la vie de maire !

Si tout se passe bien, votre ville prospèrera et passera les époques sans embuches… ou presque… Les petites maisons deviendront des immeubles puis des gratte-ciels, les centrales à charbon laisseront rapidement la place à l’électrique puis au nucléaire, les châteaux d’eau se transformeront en station d’épuration avec pompes à eau… jusqu’à arriver à un futur proche avec des structures plus futuristes donc, à base de dômes en verre gigantesques pouvant accueillir eux même une mini ville en terme de population…
Et si je parle d’embuches un peu plus haut, c’est parce que vous avez la possibilité d’activer le mode « catastrophes naturelles ». Et là, c’est le drame… Déjà que c’est bien assez difficile parfois de faire en sorte que la population reste dans votre ville et qu’on se bat constamment avec le budget, voilà que peuvent survenir inondations, feux, manifestations (ben oui, on est en France en même temps ^^), volcan en éruption, et même une attaque extraterrestre !! D’où l’importance d’avoir bien éparpillé un peu partout dans votre cité casernes de pompiers, hôpitaux ou postes de Police (Vi, pour péter la gueule aux manifestants…).

Comme vous pouvez le constater, Sim City 2000 est un jeu très complet qui s’avère extrêmement prenant pour qui aime le genre et surtout se prendre la tête sur un jeu où tout peut basculer rapidement si tout n’est pas géré comme il faut. Alors si vous vous sentez le courage de vous lancer dans cette aventure, n’hésitez pas une seconde car ça en vaut la peine.
À noter qu’il existe un cheat code trouvable facilement pour commencer avec un maximum d’argent (genre avec 9 ou 10 zéros) qui permettra à ceux qui veulent s’amuser de fabriquer des villes plus « exotiques », plus à leur image, sans vraiment se soucier de la cohérence des choses. Mais à n’utiliser qu’après avoir vraiment galéré comme un fou pour arriver à faire une ville qui tient la route, sinon tout cela perd évidemment de son intérêt.

Note : Nostalgie :

Quatre bâtons de joie pour la note tout simplement parce que Sim City 2000 est sans doute le meilleur volet de la série, que malgré ses 18 ans d’âge, il est toujours aussi passionnant et complet. Trois bâtons de joie en ce qui concerne la nostalgie, tout simplement parce que les amateurs de ce genre de jeu ne sont pas très bien lotis de nos jours et que, comme moi, il ne faut pas hésiter à retourner sur cet excellent millésime quand on a abusé et sur-abusé du Cities XL sorti il y a deux ans.

mag vintage

Genre : . Ce contenu a été publié dans OLD-GEN, Test, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *