Hagane (1994/Super Famicom)

Consoles + 42 avril 1995 > 89%
« Les déchaînés du pad comme les joueurs novices vont clairement en baver. C’est bien simple, je ne crois pas être tombé sur un jeu plus dur depuis Road Runner sur SNIN. Il m’a fallu trois bons quarts d’heure pour finir le premier niveau, et je ne vous parle pas de ceux qui ont suivi. Alors maintenant, voyez où vous vous situez sur l’échelle de la persévérance. Si vous êtes un accro, du genre de ceux qui finissent tous les jeux, si durs soient-ils, foncez, le jeu est vraiment original et sa jouabilité très appréciable (à part dans les sauts). Mais si vous êtes du genre plutôt pépère, et rapidement démotivé, Hagane n’est pas fait pour vous, ou alors shootez-vous rapidement au Tranxène, histoire de vous calmer. Bref, Hagane est un très bon jeu, qui vous demandera autant de précision que de jugeote. Originalité, jouabilité et difficulté: un tiercé gagnant pour les audacieux. »

Joypad 39 février 1995 > 86%
« Hagane surprend par ses graphismes aussi sombres que beaux, et surtout sa pléthore d’effets spéciaux dûs le plus souvent à l’utilisation effrénée que l’on peut faire des armes récoltées un peu partout. En fait, il suffit quasiment à tout moment de se baisser pour trouver un bonus. Ceci est souvent nécessaire, car Hudson n’a pas chômé sur les sprites ennemis qui déboulent sans discontinuer. Tiens, finalement, je me demande si je ne suis pas en train de tester un shoot-them-up ! Un bon jeu pour ceux qui aiment l’action pure. »

Super Power 31 avril 1995 > 90%
« Décidément, Hudson Soft nous prouve une fois de plus que ses productions sont généralement excellentes. Ce jeu d’action est en effet un grand moment de vie pour les professionnels du pad. C’est un véritable bonheur que de jouer à ce Beat-Them-All infernal et très, très bien réalisé. Et quand je dis infernal, ce n’est vraiment pas une parole en l’air. Hagane est dur, mais alors dur comme on n’en avait pas vu depuis longtemps. De plus, il n’y a pas de passwords, et ne comptez pas sur les Continues pour vous faire de grands cadeaux (vous recommencez au début du stage, même si vous étiez au niveau 1-4 par exemple). Voilà, vous êtes prévenus. Les graphismes sont vraiment beaux, que ce soient les personnages ou les décors. Ces derniers sont bien variés, et chacun d’eux recèle un bon paquet de pièges et d’ennemis. La maniabilité tient la route, malgré la difficulté occasionnelle rencontrée lorsqu’il faut être précis au moment des sauts. Crise de nerfs garantie, surtout lorsque l’on sait qu’une erreur débouche souvent sur une réaction en chaîne meurtrière. Votre héros a également la faculté de s’accrocher un peu partout, ce qui, allié à une bonne gestion des différentes armes proposées et des bottes secrètes, donné un côté « j’réfléchis un peu avant d’avancer comme un bourrin par dégueu ». Un hit incontournable en tous les cas. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *