Kholat – avis express avec spoiler

SPOILER

Vous êtes toujours là ? Bon. Alors sachez que dans KHOLAT, vous serez assez rapidement aux prises avec des évènements surnaturels – remarquez, on ne sait pas vraiment si tout se passe dans la tête du personnage principal ou si tout cela a réellement lieu sous ses yeux. À mon sens, le premier « accident paranormal » intervient d’ailleurs trop tôt dans l’aventure. J’aurais aimé que ça traîne un peu davantage en langueur… Ensuite, sachez que l’essentiel de votre périple sera constitué de recherches : chercher les notes dispersées aux quatre coins de la carte pour obtenir des éclaircissements sur l’incident originel, mais aussi découvrir les lieux clés de l’histoire (lisez bien votre carte !) qui seront le plus souvent ponctués de quelques petites scènes scriptées. Les sauvegardes sont relativement rares, elles s’effectuent automatiquement lorsque l’on trouve une note, ou quand on revient au camp. Mais les morts peuvent aussi avoir d’autres origines… plus sombres, plus mesquines. KHOLAT se rapproche alors davantage d’un survival horror classique, avec des approches à bien calculer, une lampe électrique dont il ne faut pas abuser… Et ce n’est pas nécessairement ce que KHOLAT fait de mieux, car ces mécaniques deviennent un peu redondantes au final.