After Burner Climax (PlayStation 3, 2010)

icone PS3AFTER BURNER CLIMAX
Année : 2010
Studio : Sega AM2
Éditeur : Sega
Genre : le zèle de l’enfer
Joué et testé sur PlayStation 3
Support : PlayStation Network

Pilote aux nerfs d’acier, vous vous envolez une nouvelle fois pour faire triompher une juste cause. Dans les airs, au creux des canyons les plus improbables, au dessus des glaces ou encore à la verticale de villes tentaculaires, vous allez vous frotter à des centaines d’ennemis. Et leur faire mordre la poussière grâce à votre arme secrète : le mode Climax !

AFTER BURNER CLIMAX est l’adaptation sur consoles current-gen d’une borne d’arcade de 2006. Et si on ne présente plus AFTER BURNER, une petite explication de texte est sans doute nécessaire pour introduire ce CLIMAX. Le terme Climax désigne en fait la possibilité, pour votre avion, de déclencher un « pouvoir spécial » lorsque la jauge Climax est remplie. L’action ralentit alors pendant quelques secondes et il vous suffit de faire entrer les avions ennemis dans votre viseur (plus grand en mode Climax) pour les transformer en feux d’artifice. Combos extraordinaires à la clé.

Vous aurez, dés le départ, la possibilité de choisir entre trois avions, dont un F-14D Super Tomcat, remplaçant ici le mythique F-14 Tomcat. Petit plaisir pixélisé qui ne se refuse pas : vous pouvez décider de jouer avec la musique du jeu AFTER BURNER II. En quelques secondes, vous vous retrouverez alors en plein ciel et surtout… en pleine action. Les avions ennemis arriveront de partout (même de derrière), vous serez parfois coursé par un missile téléguidé, vous devrez aussi slalomer au ras du sol dans des tunnels et des canyons, le tout dans un déluge de testostérone et de morceaux de bravoure intenses.


La vague ennemie s’inquiète : le Climax la menace !

La maniabilité est simple mais efficace (à l’exception du tonneau, pas génial) : un bouton pour le canon, un autre pour les missiles, deux au choix pour déclencher le mode Climax et enfin la possibilité d’accélérer ou de décélérer. Si, en mode arcade, vous n’aurez pas vraiment besoin de maitriser les différentes commandes (les Ex Options qui boostent outrageusement votre avion vous faciliteront beaucoup trop la vie – en vous évitant la mort), vous devrez au contraire devenir un pro du pad, accélérer, décélérer, monter, descendre à la vitesse de l’éclair et ainsi slalomer entre les innombrables vagues de missiles pour être performant dans le mode Score Attack. Ce mode vous interdit l’utilisation des Ex Options et vous propose comme seul et unique challenge de scorer un maximum jusqu’à la fin du jeu. Qui arrivera très vite… puisqu’il y a seulement 15 niveaux qui se bouclent en une toute petite poignée de minutes. Mais le faible nombre de niveaux n’est pas vraiment pénalisant. AFTER BURNER CLIMAX est un pur jeu d’arcade et de scoring, et on y revient régulièrement pour augmenter son score et battre ses potes dans le classement en ligne…surtout que les sensations de vol sont excellentes (et puis enfin sur consoles on voit d’où viennent les missiles !), la réalisation de qualité, les chemins secondaires toujours bien présents et les secrets et fins alternatives sympas à débloquer (il faut remplir des objectifs assez hard).

Quatre ans après la sortie de la borne d’arcade AFTER BURNER CLIMAX et plus de vingt ans après l’apparition du jeu originel, ce portage survitaminé sur consoles de salon c’est donc la fête après l’heure. Une espèce d’after burnée, en quelque sorte.

Note :

Jeu d’arcade par excellence, AFTER BURNER CLIMAX remplit parfaitement son contrat… même si on regrette presque l’absence d’une petite fente pour introduire quelques pièces. Si les tonneaux ne sont pas franchement réussis, il faut également noter que le stick de base ne remplacera jamais les sensations originelles (mais que faire… se payer la borne d’arcade avec ses commandes de dingue et son siège monté sur vérins ?). Concernant la durée de vie, le mode Score Attack devrait vous tenir en haleine très longtemps. Si vous aimez le scoring, j’entends. Pour le reste, ne cherchez plus : il s’agit sans doute du meilleur AFTER BURNER jamais sorti sur consoles de salon.

 

Genre : . Ce contenu a été publié dans CURRENT-GEN, Test, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *