Double Dragon II: The Revenge (Famicom, 1989)

icone FamicomDOUBLE DRAGON II: THE REVENGE
Année : 1989
Studio : Technos
Éditeur : Technos Japan
Genre : 8 bits’em all
Joué et testé sur Famicom
Support : cartouche


Dans un New-York post-apocalyptique, le gang Gensatsuken fait régner la loi par la terreur. Billy et Jimmy Lee, adeptes de l’art martial de l’école Sousetsuken sont parvenus à faire reculer le mal en bottant quelques fesses… mais en guise de représailles, le gang Gensatsuken a assassiné la fiancée de Billy. Les muscles saillants et le poing serré, les deux frères se lancent donc une nouvelle fois sur les traces du gang de la mort : la vengeance est un plat qui se mange chaud.

DOUBLE DRAGON est un beat’em all mythique, mais qui a sensiblement moins bien vieilli que d’autres franchises (FINAL FIGHT ou STREETS OF RAGE). C’est peut-être aussi parce qu’il est sorti avant (1987 en arcade, ça nous rajeunit pas) et qu’il fut donc l’un des plus grands précurseurs en la matière (possibilité de se déplacer dans tout l’écran, co-op, nombreux coups…) : les franchises concurrentes ayant suivi ont donc pu s’inspirer de ses mécanismes tout en les améliorant (parfois).

La petite Famicom fut la première machine familiale à proposer les rixes barbares de Jimmy et Billy Lee contre des hordes de gangsters. Avec DOUBLE DRAGON 2, les deux frangins qui courent toujours après une jolie fille (c’est le principe du “double draguons la même nana”) sont donc de retour sur Famicom après un premier opus réussi (mais avec un gros défaut : l’absence de jeu à deux en simultané). Des trois chapitres présents sur la Famicom, le deuxième épisode est mon préféré : les niveaux sont nombreux (neuf contre quatre dans DOUBLE DRAGON 1), les décors variés et extrêmement colorés, les sprites sont de bonne taille, les ennemis ont de bonnes dégaines, la coopération est bien présente et, comme le veut la tradition dans les DOUBLE DRAGON, on a droit à quelques passages à base de plates-formes un peu casse-gueule et de bonnes idées qui ont déjà fait leurs preuves (le sol qui se dérobe sous nos pieds).


Coup perfide et facial : une “DSK”

Au niveau des coups, c’est toujours coup de pied (arrière ou sauté) et coup de poing (dont le classique uppercut), les deux prises au corps déjà présentes dans le premier jeu, avec ici en prime un coup de genou dévastateur et un coup de pied tourbillonnant. Attention d’ailleurs à ne pas vous emmêler les pinceaux, puisque le coup de poing est géré par le bouton A lorsque votre perso est tourné vers la droite, mais par le bouton B lorsque vous regardez vers la gauche.

Pour le reste, c’est du DOUBLE DRAGON pur jus. C’est-à-dire des joutes pas franchement techniques (le premier qui frappe prend l’avantage) mais fun et très rythmées. Mention spéciale à quelques boss qui valent le détour, notamment sur la fin avec notre clone qui lance des kaméhaméha ou encore le grand méchant final qui est capable de se téléporter ; excellent. En gros, avec DOUBLE DRAGON 2 THE REVENGE on tient ce qui se fait de mieux en matière de beat’em all sur la 8 bits de Nintendo, et sans doute l’un des meilleurs opus de la série DOUBLE DRAGON, toutes machines confondues. Aujourd’hui, le jeu demeure toujours aussi amusant, en particulier à deux : on prend son pied… dans la tête !

Note : Nostalgie : aigle en or blason jvedb

Quatre bâtons de joie pour l’un des meilleurs beat’em all de l’histoire. La Famicom donne tout ce qu’elle a, les niveaux sont nombreux (la ville, la forêt…), de bonnes idées viennent varier un peu notre sanglante aventure (plates-formes, sol qui disparait sous nos pieds, hélicoptère qui nous prend pour cible…) et les coups sont vraiment diversifiés pour le genre et pour l’époque. Un classique, qui prend une dimension supplémentaire avec un deuxième joueur.

Une petite vidéo de qualité médiocre mais au moins ici il ne s’agit pas de parties émulées :

mag vintage

Ce contenu a été publié dans OLD-GEN, Test, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Double Dragon II: The Revenge (Famicom, 1989)

  1. cherycok dit :

    “Coup perfide et facial : une « DSK »”

    J’aime beaucoup ^^ sinon, jeu culte pour moi aussi, un de mes premiers jeux NES et sans doute le meilleur Beat em all de la console

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *