Contra Spirits (Super Famicom, 1992)

icone Super_Famicom_JPNCONTRA SPIRITS
Titres alternatifs : Super Probotector: Alien Rebels / Contra III: The Alien Wars
Année : 1992
Studio : Konami
Éditeur : Konami
Genre : les aliens sont chaos debout
Joué et testé sur Super Famicom
Support : cartouche


Le monstrueux Red Falcon revient sur Terre pour anéantir la race humaine. Heureusement, deux héros veillent : armés de lasers, de tirs tri-directionnels, de lance-flammes, de missiles à tête-chercheuse ou de puissantes rockets, ils vont tenter de sauver la planète des griffes de ces aliens sanguinaires.

La série CONTRA est entrée dans la légende des jeux vidéo dès son premier titre adapté sur la petite Famicom de Nintendo. Jeu chaud-bouillant, un brin hardcore, le CONTRA de 1988 (qui connut également une superbe conversion sur Amstrad CPC) est un titre qui demeure, aujourd’hui encore, parmi les meilleurs run and gun de l’histoire. Pour le plus grand bonheur des fans, la série de Konami, même si elle a connu quelques coups de mou, a aussi frisé (et parfois surclassé) l’excellence. C’est le cas avec ce CONTRA SPIRITS, sorti en 1992 sur Super Famicom. Certains lui préfèrent le monstrueux CONTRA THE HARD CORPS (sur Megadrive) : plus rapide, plus grand, surpeuplé de boss et de mini boss incroyables, disposant de plus d’options, oui THE HARD CORPS c’est assurément un CONTRA XXL.

Mais… CONTRA SPIRITS, pourtant sorti deux ans avant THE HARD CORPS, semble mieux gérer la mise en scène : les niveaux s’imbriquent plus naturellement, les apparitions des boss sont superbes, les musiques sont largement meilleures que celles de l’opus Megadrive et d’ailleurs, musicalement parlant, le moment où l’on se prépare à lutter contre l’alien volant sur la paroi d’une base extra-terrestre constitue, pour moi, l’un des plus beaux moments vidéoludiques qui soit : la musique change et enchaine sur un thème emprunté au film PREDATOR, le tout en pleine action, avec un naturel bluffant et une efficacité insolente pour l’époque et pour un jeu de ce genre.

La maniabilité est comme toujours fabuleuse, on peut transporter deux armes et en changer à la volée, et il est également possible d’actionner des smart bombs qui infligent de gros dégâts à l’écran. En mode easy ou normal, ce n’est pas vraiment utile, mais attendez d’avoir tâté du mode hard avant de cracher sur les smart bombs pour en éteindre la mèche… Un mode très difficile, donc, dans lequel les adversaires changent de comportement (ils tirent plus vite, ou se cachent) et que je vous conseille d’attaquer en mode deux joueurs.

Techniquement, le jeu est formidable. Les boss sont parfois énormes, et le mode 7 est superbement bien géré (explosions, boss, avion qui se jette sur vous en zoomant…). Par contre, il est évident que Konami a voulu trop en faire, avec ce fameux mode 7 : son omniprésence a-t-elle été imposée par Nintendo, le mode 7 étant la grande fierté de la Super Famicom et un argument de vente massu ? Nous voilà donc avec deux niveaux entièrement réalisés en mode 7 : l’action est en vue aérienne, vous pouvez vous plaquer sur le sol (votre perso est alors tout moche et écrasé) et en actionnant les boutons L et R vous faites tourner les décors autour de vous (ce qui donne l’impression que c’est le personnage, qui bouge). Ces deux niveaux en mode 7 ont leurs fans (ils font partie intégrante de la légende de CONTRA SPIRITS), mais moi ils m’ont toujours enquiquiné. L’action y est lente, répétitive et donc complètement inintéressante. Pour couronner le tout (mais d’une couronne d’épines, hein), en mode hard ces passages risquent de mettre votre patience à rude épreuve…

Ces deux niveaux intégralement en mode 7 constituent donc, pour moi, le gros raté de CONTRA SPIRITS. Mais ce n’est pas suffisant pour tirer ce jeu vers le bas, tant tout le reste de l’aventure s’y révèle de haute volée. Un chef d’œuvre absolu, et l’un des meilleurs jeux d’action en 2D : pour Konami le contra est donc plus que rempli… il déborde !

Note : Nostalgie :

CONTRA SPIRITS est un jeu incontournable, et pour moi le meilleur CONTRA (donc, le meilleur run and gun de l’histoire). Mais si vous êtes de la même génération que moi, vous connaissez certainement ce jeu sur le bout des doigts, et devez l’avoir déjà terminé un nombre incalculable de fois. À noter, qu’en Europe, nous avons eu droit à des robots en lieu et place des soldats humains présents dans les versions japonaise et américaine. J’ai cru comprendre que c’était pour faire plaisir au gentil comité de censure qui sévissait (déjà à l’époque) en Allemagne.

mag vintage

Ce contenu a été publié dans OLD-GEN, Test, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

8 réponses à Contra Spirits (Super Famicom, 1992)

  1. cherycok dit :

    Fait parti de mon top 5 des meilleurs jeux SNES, un putain de bon jeu !

  2. Guillaume M. dit :

    eh ben, tu as le temps d’aller travailler ou tu passes ta vie sur les jeux en ce moment??? 😉
    Blague à part, je me rappelle de ces heures qu’on a passé sur ce hit légendaire mais aussi sur Gryzor quelques années auparavant 🙂 C’était l’époque où on mourrait toutes les 3 secondes dans les jeux vidéos 🙂

  3. cherycok dit :

    Gryzor excellent aussi, je l’avais acheté en bundle avec Green Berret sur mon Amstrad PC 1512

  4. cherycok dit :

    J’avais un PC 1512 perso, mais un pote à moi avait le CPC 6128 en basic, y’avait d’excellents jeux là dessus aussi, dont un qui m’a beaucoup marqué, Mask avec une intrigue à Venise…

    • Oli dit :

      Avec mon frère au début on avait un Amstrad CPC 464. Il fallait attendre les chargements et tout, le bruit du loading de la cassette était génial ah ah ah ! Après on y a ajouté un lecteur de disquettes. C’était l’Eldorado !

      N’empêche qu’est ce que j’aimerais avoir encore ces machines chez moi…

  5. cherycok dit :

    Ah vi, j’avais ça sur mon thomson TO7 avec les jeux K7 ou fallait parfois attendre 30 minutes (une face complète de la cassette) pour charger le jeu ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *