Solar Striker (Game Boy, 1990)

SOLAR STRIKER_fronticone game-boySOLAR STRIKER
Titre alternatif : SolarStriker
Année : 1990
Studio : Minakuchi Engineering / Nintendo R&D1
Éditeur : Nintendo
Genre : coup de soleil
Joué et testé sur Game Boy
Support : cartouche


En 2159, la planète Terre est constituée d’une fédération, mais son armée ne fait pas le poids face à l’armada organique et métallique de la planète Turin. Le dernier espoir de la fédération c’est donc vous… pilote émérite aux commandes d’un prototype repoussant les limites de l’excellence : le Solar Striker.

solarstriker006imgsolarstriker003

À la manière des baskets à bandes Velcro, du Banga dont on ne résistait pas à l’appel ou encore du 3615 Joystick, SOLAR STRIKER est tombé en désuétude. D’ailleurs dès la première prise en main on ressent le poids des ans sur nos épaules – mais pas seulement. Car SOLAR STRIKER c’est aussi ce petit plaisir vintage inexplicable, à l’arrière-goût de DeLorean  fonçant vers un passé dont on aime se remémorer les bons côtés. À savoir les cartes Panini à collectionner, la Game Boy, les dessins animés du mercredi après-midi, les magnifiques affiches du 3615 Ulla tapissant les murs de nos belles villes ou encore, et surtout, les shoot’em up – désormais officiellement listés par la WWF parmi les espèces en voie de disparition.

imgsolarstriker004solarstriker001

SOLAR STRIKER est par conséquent particulièrement désuet – mais comme je l’ai déjà sous-entendu, c’est aussi ce qui fait une partie de son charme. Simple au possible mais définitivement attachant (le jeu porte la marque de Yokoi Gunpei, ici producteur), SOLAR STRIKER procure des émotions que beaucoup ont oubliées aujourd’hui : celles des shoot’em up à l’ancienne dans lesquels les boulettes ne pleuvent pas frénétiquement, où il faut éviter les ennemis, anticiper certaines vagues, passer au ras des lasers (entreprise facilitée par une hitbox parfaite), chasser les bonus et améliorer son arsenal afin de terrasser les boss de fin de niveau.

solarstriker005solarstriker007

Avec ses faux airs de GALAGA en mouvement, SOLAR STRIKER brosse donc le joueur barbu des années 80/90 dans le sens du poil. Une personne qui ne serait pas frappée du sceau de la nostalgie pourrait au contraire avoir toutes les peines du monde à se plonger dans cette voie lactée aux décors désuets et pixélisés. SOLAR STRIKER est un jeu simple – trop simple pour un joueur moderne aux yeux duquel la complexité et les effets spéciaux constituent le nerf de la guerre vidéoludique. Dans SOLAR STRIKER ne vous attendez donc pas à des armes super variées, à des combos titanesques, à des univers graphiques inoubliables ou à des boss mémorables. Non, le mot d’ordre de SOLAR STRIKER est bel et bien la simplicité : un seul bouton de tir (pas de bombes ni de tir secondaire), des mouvements basiques, des ennemis aux routines classiques et un peu répétitives (des boss de mid-level viennent parfois rompre cette monotonie), des upgrades simplistes (tir double, puis triple, puis plus gros et plus rapide) et pas de secrets ou de feintes du chat masqué. Mais comme je l’ai déjà dit, cette simplicité, cette prise en main immédiate sont aussi synonymes de plaisir immédiat – difficile en effet de lâcher ce petit soft avant d’en avoir vu la fin (qui ne tardera pas à venir si vous êtes un habitué du genre).

Les antiquités de la Game Boy ont-elles leur place dans un musée ? Pour SOLAR STRIKER il est sans doute encore trop tôt – ou alors faites de moi son conservateur.

Note : joystick 2joystick 2    Nostalgie : joystick 2joystick 2joystick half

SOLAR STRIKER est simple mais charmant. Un vrai petit shoot’em up à l’ancienne, figurant parmi les premiers titres du genre à avoir été édités sur Game Boy – ce qui explique que le jeu ne soit pas un monstre de technicité (le jeu a été développé en 1989 pour une sortie en janvier 1990 au Japon). Notez malgré tout que la partie graphique gagne énormément sur une GBA SP (les décors ainsi colorés sont super mignons). Le challenge est également au rendez-vous puisque si vous terminez SOLAR STRIKER une première fois (c’est relativement facile même si les niveaux 5 et 6 sont plus ardus) vous aurez accès au mode hard : après votre premier loop, appuyez sur Select à l’écran du menu principal. Et apprêtez-vous à souffrir !

Images : Gameboy Database

Une vidéo pour se délecter des petites musiques qui restent inlassablement en tête :

mag vintage

Genre : . Ce contenu a été publié dans OLD-GEN, Test, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Solar Striker (Game Boy, 1990)

  1. darklinux dit :

    C ‘ était un très grand shoot , comme l ‘ adaptation de R – Type et ces sprites clignotant , pas si mal pour un petit Z80

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *