Die Hard (PC Engine, 1990)

die hard pce_fronticone PC-Engine_CoreGrafxDIE HARD
Année : 1990
Studio : Pack-In-Video
Éditeur : NEC Interchannel
Genre : Die Hard, really hard
Joué et testé sur PC Engine
Support : HuCard


Des terroristes ont pris d’assaut le gratte-ciel Nakatomi Plaza. John McClane, un flic casse-cou et complètement isolé, va tenter de trouver une solution pour venir à bout des preneurs d’otages – parmi lesquels figure sa femme. S’élançant depuis les parcs et marécages entourant le clinquant bâtiment, il va commencer à mettre son plan à exécution. Un plan plutôt simple : tuer tout le monde.

die hard pce 08die hard pce 09

die hard pce 10die hard pce 16

Incarner John McClane est une offre que l’on peut difficilement refuser. John McClane, oui. Le héros culte d’un film qui ne l’est pas moins – à mon sens, l’un des plus grands films d’action de tous les temps (hors films martiaux) aux côtés de TERMINATOR 2 ou de MAD MAX: FURY ROAD. Un héros qui, à l’instar du T-800 ou du T-Rex, fut victime du manque d’inspiration d’Hollywood ces dernières années, ses suites récentes n’étant pas de première fraîcheur – dira-t-on pour rester poli.

DIE HARD, le jeu, reprend donc le scénario du premier film. Avec quelques infidélités grossières. En vrac : John qui lutte dans la forêt et dans les parcs entourant le gratte-ciel Nakatomi Plaza, John qui se bat au lance-flammes, John qui avance dans des marais avec de l’eau jusqu’à la taille, John qui tue un nombre incalculable de fois Karl le méchant blond (c’est curieux il me semblait qu’il n’avait qu’un seul frère !)… bref John qui en fait des tonnes dans son débardeur blanc. Détail sympa : le marcel évoluera suivant les dégâts encaissés par notre héros, au point de finir tailladé de toutes parts et cordialement taché de sang.

die hard pce 11die hard pce 12

die hard pce 13die hard pce 04

Pour être honnête, ces infidélités au scénario originel ne m’ont pas choqué outre mesure car, dans l’ensemble, le jeu essaie d’être relativement respectueux de la trame du film – la majeure partie de l’aventure prenant quand même place au sein du piège de cristal, pour finir sur le toit face à un hélicoptère belliqueux avec en prime des débris de verre maladroitement disséminés çà et là pour blesser vos petits pieds nus et musclés.

Sur le fond, DIE HARD est un simple petit run&gun (disons plutôt walk&gun) en vue aérienne. Oui, ce type même de jeu où vous avez le temps de voir arriver les balles ennemies pour les éviter en marchant dans la bonne direction. Personnellement, j’adore ce style de jeux et j’ai d’ailleurs eu la chance de goûter à deux des plus belles réussites du genre sur PC Engine : BLOODY WOLF et RED ALERT. DIE HARD se situe bien en deçà des qualités des deux titres précités, mais il peut mériter le détour si vous êtes comme moi amateur du genre et si vous avez envie d’incarner John McClane. De plus, DIE HARD essaie de varier un peu les plaisirs. Les décors ne sont, par exemple, pas trop redondants – pour une aventure censée se dérouler entièrement dans un gratte-ciel, j’entends. Les petites salles bonus sont également une bonne idée – les ennemis y sont plus nombreux qu’ailleurs mais si vous acceptez de courir le risque, une jolie récompense vous attend au bout (arme plus efficace, énergie ou gilet pare-balles). Et puis il y a quelques menues surprises loin d’être désagréables : le sol qui s’affaisse sous vos pieds, le fait que vous débutiez sans arme et que vous deviez tuer vos premiers adversaires à la seule force de vos poignets, le petit passage dans l’obscurité ou encore ces trois boss de fin de niveau très réussis à mon sens, et très différents les uns des autres. Mon préféré demeurant le deuxième (Karl, encore lui !), puisqu’il vous lancera parfois des rockets qui détruiront petit à petit les plaques de métal faisant office de sol. À mesure que le combat progressera, vous aurez donc de plus en plus de chance de faire le grand saut… vers l’au-delà.

die hard pce 14die hard pce 15

die hard pce 02die hard pce 01

En parlant de saut, notez qu’il s’agit là d’un élément de gameplay “importantissime”. Votre personnage peut en effet sauter : un détail indispensable pour éviter les trous, bien sûr. Mais aussi pour vous faciliter la vie durant les niveaux (vous pouvez sauter par-dessus les tirs adverses) ou contre les boss – par exemple l’hélico, à la fin. Maintenant, parlons des choses qui fâchent. Non, il ne sera pas ici question de la photo dégueulasse de Bonnie Bedelia utilisée pour illustrer le tableau final – on n’y voit même pas son beau chemisier à décolleté échancré (diable !), ou encore de l’absence remarquée d’Alan Rickman à la fin (qui apparait pourtant dans la version NES). Les deux principaux problèmes de DIE HARD sont en réalité deux niveaux mal pensés. L’un des tout premiers, nommé Maze – ça a le mérite d’annoncer la couleur. Je n’ai jamais réussi à trouver mon chemin dans ces odieux couloirs qui sont presque tous identiques – car en plus il y a un chrono, plutôt serré d’ailleurs. Sans Youtube, je crois que je ne serais même pas là pour vous parler de ce jeu aujourd’hui, c’est dire ! L’autre niveau qui a eu, lui, raison de ma patience (j’ai dû utiliser un cheat code pour le passer), c’est l’avant-dernier : il nous faut réaliser de nombreux sauts au-dessus du vide afin de rallier des plates-formes. Si les sauts sont sympas et dynamiques la plupart du temps, il en va tout autrement quand ça se joue au millimètre !  Il est alors très difficile de jauger la bonne distance, en particulier quand on doit sauter en diagonale (une horreur) et que le jeu ne vous pardonne aucun écart – je me répète, mais c’est vraiment au millimètre. Et la sanction tombe alors : un saut raté, un continu en moins. J’ai toujours trouvé ça particulièrement rageant de galérer comme un damné dans de nombreux niveaux, de se battre contre des centaines d’ennemis et un chrono assassin, de lutter pendant plus de 30 minutes en vendant chèrement sa peau tout ça pour… tout perdre pour un saut bidon, mal ficelé et pas suffisamment permissif par rapport à la distance à franchir.

die hard pce 03die hard pce 05

die hard pce 06die hard pce 07

DIE HARD n’en demeure pas moins un petit walk&gun plutôt sympa, aux idées parfois bonnes, parfois mauvaises. À vous de voir si ces dernières vous empêchent vraiment de profiter des bons moments que peut aussi distiller le jeu.

Note :      Nostalgie :

Sans doute moins mémorable qu’un DIE HARD TRILOGY et moins culte qu’un DIE HARD ARCADE (pas un vrai Die Hard d’ailleurs), ce DIE HARD PC Engine est un petit walk&gun plutôt correct qui devrait plaire aux fans du genre. J’ai particulièrement apprécié ses armes peu nombreuses mais efficaces, les clins d’œil au film (encore heureux, me direz-vous), les niveaux un peu variés et surtout les trois boss, bien fichus, durs au mal mais pas non plus injustes. Attention malgré tout : un ou deux choix douteux de level design pourraient fort bien avoir raison de votre patience légendaire…
Légendaire, vraiment ? Allons, comme tout le monde vous aussi vous avez pratiqué le sport national des gamers en culottes courtes : le lancer de manette avec double rebond et figure artistique à la clé !  

Vidéo :

mag vintage

Genre : , . Ce contenu a été publié dans OLD-GEN, Test, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *