Elevator Action Returns (Sega Saturn, 1997)

ELEVATOR ACTION RETURNS SATURNicone sega saturn japELEVATOR ACTION RETURNS
Titre alternatif : Elevator Action² Returns
Année : 1997
Studio : Taito Corporation
Éditeur : Ving
Genre : septième étage ciel
Joué et testé sur Sega Saturn
Support : CD-ROM


Kart Bradfield, Edie Burret et Jad the Taff, membres d’un super groupe d’intervention anti-terroriste, se lancent à la poursuite d’un dangereux groupuscule ayant projeté de déclencher des armes nucléaires. Afin de désamorcer les bombes, il leur faudra découvrir des codes dissimulés dans différents bureaux, au sein de bâtiments infestés d’ennemis.

elevator action returns 01elevator action returns 02

Dépoussiérer un vieux classique de Taito, désormais entré au panthéon des jeux vidéo mais plus forcément très jouable, ne fut sans doute pas une tâche aisée. Et pourtant, les développeurs de Taito se sont retroussé les manches pour sortir, 11 ans après le premier ELEVATOR ACTION, une suite toujours destinée aux bornes d’arcade – suite qui fut ensuite portée sur la console Saturn. Alors, l’élève a tort ? Ou détrône-t-il le maître ?

Ni l’un ni l’autre, en fait. ELEVATOR ACTION II, aka ELEVATOR ACTION RETURNS au Japon (et donc sur Saturn, exclusivité régionale oblige), ne détrône pas le jeu de 1983. Il le piétine amoureusement, sans le renier mais plutôt en lui rendant hommage à chaque instant – en le sublimant tout en lui montrant discrètement la porte (ou l’ascenseur, pour rester dans le trip) : c’est dur à dire mais la place de cette relique vidéoludique est peut-être désormais dans un musée. Celle de son illustre successeur, au contraire, mérite sans aucun doute de trôner fièrement dans votre ludothèque entre un GUARDIAN HEROES et un RADIANT SILVERGUN pour illustrer ce qui se faisait de mieux, à l’époque, en terme d’exclusivités sur Sega Saturn – exclusivités qui, il faut le signaler, n’ont aucunement vieilli. Des jeux “rejouables” à l’envi tant ils reposent sur des principes simples mais savamment exécutés. Oui, ELEVATOR ACTION RETURNS est un jeu à la replay value infinie : fun, bien réalisé, entraînant et qui jouit (non je ne parle pas du joueur devant son écran !) d’une maniabilité sans faille.

elevator action returns 03elevator action returns 04

Il faut le voir pour le croire… Ces sprites merveilleux issus de l’arcade qui bougent avec une classe féline, ces détails qui, à chaque instant, flattent la rétine  : les cartouches qui giclent de votre chargeur à mesure que vous mitraillez vos adversaires, les cheveux d’Edie qui volent au vent quand elle saute, la même Edie qui se recoiffe si vous attendez trop longtemps, le sang qui gicle élégamment pour repeindre les murs, les flammes qui transforment les malfrats en torches humaines… Chaque animation est un régal. Chaque note de musique est un délice jazzy qui donne envie de suivre le rythme en tapant du pied entre deux méchants rétamés.

ELEVATOR ACTION RETURNS tourne autour d’un principe simple mais efficace : ouvrir des portes orange afin de mettre la main sur des données informatiques, ouvrir les bleues pour récupérer des bonus (bombes, énergies, points) et aller et venir entre les différents niveaux des bâtiments via des ascenseurs qui donnent son titre au jeu. Il faut dire que ceux-ci sont au centre du gameplay : une fois sur un ascenseur, vous pouvez le contrôler vers le haut ou vers le bas, annuler un mouvement et revenir en arrière – indispensable pour éviter certains tirs, parfois. Attention malgré tout à ces plates-formes, qui peuvent aussi devenir votre pire cauchemar : si vous en manquez une, vous tombez dans le vide et mourez. Si vous jaugez mal certaines distances, vous pouvez finir littéralement écrasé ! Rassurez-vous : cela n’arrivera pas très souvent car le jeu est une perle de maniabilité et les sauts au-dessus des trous se font avec une facilité déconcertante. Non, si vous mourez, ce sera le plus souvent à cause des chiens ou des tirs ennemis (en fait, je ne sais pas si c’est si rassurant^^).

elevator action returns 08elevator action returns 05

Certains joueurs n’ayant pas connu cette époque bénie diront que ça manque de boss mémorables (et ils auront raison) et que le jeu est court – six niveaux et basta ! Mais là ils auraient tort et se fourreraient par la même occasion le doigt dans l’œil jusqu’au coude. Car ELEVATOR ACTION RETURNS est un jeu qui tourne en boucle, certes. Mais une boucle mélodieuse, une symbiose comme on en trouve rarement dans le monde du jeu vidéo où musiques, sons, animations et petits détails magiques se marient dans un déluge de sensations enivrantes. Mieux : la version Saturn propose quatre difficultés différentes, là où la borne se contentait d’un seul niveau pour nous pousser à insérer des pièces. Vous voulez encore de la variété ? Goûtez donc comme il se doit les trois personnages jouables qui vous sont proposés d’entrée de jeu. Chacun d’entre eux dispose de caractéristiques propres, d’armes à feu personnalisées (jusque dans les upgrades) et, surtout, de bombes différentes – honnêtement, je trouve celles de Kart Bradfield largement supérieures aux autres puisqu’elles sont synonymes de « bullet cancel » lorsque des tirs ennemis fondent sur vous ! Néanmoins, vous devriez prendre du plaisir avec les trois personnages, tant ceux-ci procurent des sensations qui diffèrent légèrement – en particulier avec Jad the Taff, le bulldozer du groupe : il n’a qu’à courir sur les ennemis pour les blesser/tuer, là où Kart et Edie doivent absolument sauter. Car oui, pour vous défaire des méchants, vous n’aurez pas que vos armes pour vous épauler, mais aussi vos pieds et vos poings – lorsque vous serez près d’un ennemi, vous le frapperez automatiquement. Un stratagème ô combien important quand il s’agit d’économiser les munitions d’une arme améliorée.

elevator action returns 06elevator action returns 07
Ascenseurs pour l’échafaudage…

Vous n’êtes pas convaincu ? C’est parce que je ne vous ai pas encore parlé de certains décors et autres effets de mise en scène cultes (l’hélico qui s’encastre dans un aéroport, l’immeuble qui s’effondre, le duel dans un avion…), de certains menus détails liés au scoring (plongez des couloirs dans l’obscurité pour gagner plus de points), de la possibilité de jouer en coopération ou encore du temps limité mais dont le décompte n’apparait pas à l’écran (on vous prévient uniquement lorsque le temps presse). Ce chronomètre invisible épousant les formes assassines d’une épée de Damoclès temporelle n’est d’ailleurs pas si fatal. Vous pouvez fort bien traîner quelque peu dans un niveau, échafauder une stratégie pour venir à bout d’un étage plus retors que les autres et speeder uniquement lorsque le message correspondant apparaitra à l’écran.

Oui il y a plusieurs manières d’envisager ELEVATOR ACTION RETURNS : plusieurs approches sont possibles (la prudence du sage ou l’œil du tigre pour jouer le scoring), quatre difficultés sont proposées et trois différents personnages avec leur maniabilité propre peuvent être sélectionnés. La promesse de nombreuses parties endiablées pour un jeu qui respire la salle d’arcade – la sueur du voisin et les odeurs de clopes en moins.

ELEVATOR ACTION RETURNS, ça baboule. Ça swingue. Ça rock’n roule !

Note : Nostalgie : aigle en or blason jvedb

ELEVATOR ACTION RETURNS est un grand jeu d’arcade. Mais il s’agit d’arcade, ne vous méprenez pas : les niveaux sont relativement peu nombreux et le jeu se termine en moins de 40 minutes. Mais qui dit « arcade », sous-entend également « jeu à la durée de vie infinie », quand un titre est intelligemment réalisé. Et c’est bien évidemment le cas de ELEVATOR ACTION RETURNS, “rejouable” à l’envi tant il est jouissif, prenant et entraînant. Un régal de maniabilité, mais aussi un régal pour les sens (superbes musiques, magnifiques graphismes et animations). Pour terminer, un mot sur les différentes versions : le jeu sur Saturn est à privilégier. Déjà par rapport à l’arcade, la version Saturn propose plusieurs difficultés et des continus limités – ce qui change tout, d’un point de vue ludique. De plus le premier jeu est proposé en bonus à débloquer. Et l’ombre noire (ratée) qui suivait notre personnage sur arcade a été supprimée sur Saturn. Quid des versions compilées sur PS2 et Xbox ? Aussi surprenant que cela puisse paraitre, elles sont légèrement moins bien réalisées. C’est néanmoins largement suffisant pour s’amuser.

Images (tirées de la version arcade) : Retro Spirit Games

Vidéo :

mag vintage

Genre : , . Ce contenu a été publié dans OLD-GEN, Test, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *