Ghostbusters II (Amiga, 1989)

ghostbusters-ii-amiga-front-covericone amiga_500GHOSTBUSTERS II
Année : 1989
Studio : Foursfield
Éditeur : Activision
Genre : SOS jeu fantôme ?
Joué et testé sur Amiga
Support : disquettes


Bon an mal an, les chasseurs de fantômes Peter Venkman, Ray Stantz, Winston Zeddemore et Egon Spengler sont de retour pour sauver le monde. En toute simplicité. Cette fois-ci, ils auront maille à partir avec Vigo des Carpates. Janosz, son improbable minion, aura pour mission de lui trouver un corps sain pour lui permettre de se réincarner. Il va jeter son dévolu sur le bébé de Dana Barrett… Bien évidemment, les Ghostbusters vont intervenir – assistés, cette fois-ci, par une belle Française mesurant pas loin de 50 mètres de haut…

Ghbust2a_007Ghbust2a_001

Ghbust2a_003Ghbust2b_001

Non, GHOSTBUSTERS II n’est pas un mauvais film. Et oui, sa sortie fut un petit évènement à l’époque, tant le premier épisode avait marqué les esprits et secoué la planète. Au moins autant qu’un croisement d’effluves ! Imaginez que toute forme de vie sur terre meurt instantanément et que chaque molécule de votre corps explose à la vitesse de la lumière, et vous aurez une petite idée de ce cataclysme comique et fantastique qui marqua toute une génération de cinéphiles en herbes. Non, on ne s’est jamais véritablement relevés de ce croisement d’effluves !

Sans atteindre le niveau du premier film, GHOSTBUSTERS II n’en demeure pas moins un divertissement de haut vol, drôle, entraînant et dont les acteurs, en roue libre, semblent prendre autant de plaisir à rempiler devant la caméra que nous, à retourner dans les salles de cinéma. Hélas, on ne peut pas en dire autant du jeu sur Amiga qui a pris un sérieux coup de vieux…

Ghbust2b_002Ghbust2b_004

Ghbust2b_005Ghbust2b_006

Comme souvent à l’époque lorsque les éditeurs n’avaient pas trop d’idées pour adapter un film, ils se contentaient d’empiler les mini jeux tout en exagérant très artificiellement leur difficulté afin que les joueurs y passent (perdent ?) plus de temps. Les plus jeunes d’entre nous, dans les années 80, n’y voyaient généralement que du feu – et des larmes quand ils réalisaient enfin la supercherie. GHOSTBUSTERS II ne déroge donc pas à la règle de la “crevardise” (encore merci pour tout Activision) et ne propose en tout et pour tout que trois mini jeux qui peuvent se boucler en 15 minutes top chrono. Mais le manque de clarté de certains objectifs, la maniabilité peu avenante sur la fin et une difficulté parfois machiavélique risquent bien de vous faire basculer dans la crise de nerd.

Le jeu est en réalité gâché par un dernier chapitre relativement illisible. Je n’avais pas pu le terminer à l’époque – je me suis vengé depuis, notamment grâce à Youtube. Vous y contrôlez les quatre mythiques chasseurs de fantômes tandis que le bébé de Dana est sur le point de devenir le réceptacle douillet de la réincarnation de Vigo. Tout se joue en vue isométrique (jolie comme le reste du jeu, d’ailleurs) et il faut jongler avec Peter, Ray, Winston et Egon (si le jour de la marmotte existait réellement pour faire revenir le regretté Harold Ramis à l’infini, je serais preneur) en appuyant sur la barre d’espace. Je vous passe les détails mais tout d’abord ce n’est pas vraiment jouable, ensuite on peut aisément mourir par inadvertance, et enfin les objectifs sont obscurs : il faut récupérer le bébé, le planquer à un endroit précis, balancer du slime sur Janosz, croiser les effluves pour vaincre Vigo et utiliser le tableau p…. Hein ? Quoi ? Croiser les effluves ?!? Nooooooon !!!!

Ghbust2b_007Ghbust2b_009

Ghbust2b_010Ghbust2b_011

Tout cela est fort dommageable car avant ce dernier chapitre en forme de doux désastre vidéoludique (bah ouais, fallait pas croiser les effluves), GHOSTBUSTERS II s’était révélé plutôt sympathique. Pas de quoi se relever la nuit (surtout aux côtés d’un Rick Moranis avec la bave aux lèvres), mais les deux premiers mini jeux sont relativement beaux, jouables et divertissants – en particulier pour 1989. Le premier vous met dans la peau de Ray, suspendu à un câble et qui doit s’engouffrer dans les égouts de New-York – parfois un peu crispante, cette descente aux enfers n’en demeure pas moins faisable par le commun des mortels. Vigo n’est donc pas concerné.

Ghbust2b_014Ghbust2a_004

Ghbust2a_006Ghbust2b_016

Vient ensuite le gros morceau du jeu : un shoot’em up dans lequel vous contrôlez la Statue de la Liberté. Lorsque vous tuez des fantômes, du slime tombe sur le sol – avec une petite feinte de gameplay à la clé puisqu’il faut alors appuyer sur la barre d’espace pour envoyer des citoyens de New-York récupérer les résidus de slime, qui constituent également votre barre d’énergie ! Sympa, surtout qu’il faut bien évidemment garder un œil sur lesdits New-yorkais qui risquent de se faire croquer à chaque instant. Plaisant, certes, mais aussi un peu crispant (tiens, ça me rappelle tous les autres mini jeux) tant la difficulté semble parfois connaître des pics non justifiés. Heureusement ça ne dure pas trop longtemps et, là encore, ça reste faisable par le commun des mortels. Zuul n’est donc pas concerné.

Sympa et amusant la plupart du temps, très mal fichu sur la fin et malhonnête sur certains points, GHOSTBUSTERS II est un jeu qui dégage un petit je-ne-sais-quoi d’attirant (merci à la musique inoubliable et aux graphismes digitalisés de nos héros) et qui, pour la petite histoire, me fut à l’époque quelque peu survendu par le Micromania Vidéo Show 1989 – une VHS dont mon frère et moi avions usé la bande à force de la visionner à l’envi !

Pour une adaptation de film sur Amiga, who you gonna call?

Note : joystick half         Nostalgie : joystick 2joystick half

GHOSTBUSTERS II n’est pas un mauvais jeu. Il faut même se rappeler, qu’à l’époque, il avait été particulièrement bien accueilli. Pour 1989, l’intro en musiques était excellente (certains l’écoutaient en boucle), et les graphismes digitalisés faisaient leur effet. S’il demeure sympathique durant ses deux premiers chapitres (deux mini jeux courts mais très corrects), GHOSTBUSTERS II touche néanmoins le fond avec un dernier défi en 3D isométrique pas très clair et peu maniable. GHOSTBUSTERS II a donc tout du jeu qui vieillit mal. Contrairement au film ?

Images : jeux vidéo et des bas

Vidéo :

mag vintage

Amiga-Workbench2

Genre : , , . Ce contenu a été publié dans OLD-GEN, Test, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Ghostbusters II (Amiga, 1989)

  1. Indianagilles dit :

    J’adore le film, peut-être plus encore que le premier (Venkman est déchainé, et la VF, quelle merveille !) et j’ai toujours aimé ce jeu là aussi. Je lavais d’abord sur CPC, c’était une vraie réussite. Même si objetcivement ce n’est pas un mega jeu sur 16 bits, il a un truc que je ne peux expliquer et je l’aime d’amour. Il valait mieux avoir vu le film pour comprendre comment faire le niveau 3.

  2. Indianagilles dit :

    J’adorais le 3eme et dernier niveau. Je l’avais fini sans soluce ni rien, juste en refaisant ce que je voyais dans le film. C’était le deuxième niveau qui me gonflait un peu, en fait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *