Sky Force Anniversary (PlayStation 4, 2016)

SKY FORCE ANNIVERSARY
Année : 2016 (2018 au format physique)
Studio : Infinite Dreams Inc.
Éditeur : Limited Run Games
Genre : un peu plus près des étoiles…
Joué et testé sur PlayStation 4
Support : Blu-ray


Aux commandes d’un vaisseau révolutionnaire, mais peu puissant, vous partez à la rencontre de l’armée ennemie, constituée d’un patchwork de vieux coucous, d’hélicoptères plus modernes et de véhicules énormes… peut-être venus du futur ? Vous n’êtes pas au bout de vos surprises, et le dernier adversaire, celui qui vous accueillera à bras mécaniques ouverts, pourrait bien être une vieille connaissance… Mais avant d’avoir une chance de vous en défaire, il vous faudra rebâtir l’arsenal de votre nouvel engin de A à Z. Nu comme un vers, vous ne feriez que mordre la poussière. Anéantissez donc les ennemis les plus faibles, collectez leurs étoiles, puis passez au hangar pour améliorer votre attaque et votre défense. Alors, seulement, vous pourrez espérer ressortir vivant de vos nombreuses missions dans ces paysages de carte postale… au-dessus de plages paradisiaques, en plein enfer tropical.

SKY FORCE est à l’origine un jeu de 2004… un jeu smartphone ! Voilà c’est dit, le mot est lâché et il fait l’effet d’une smart-bomb : je viens d’acheter un jeu smartphone sur PlayStation 4 ! Pire… Il s’agit d’un shoot’em up free-to-play. FREE-TO-PLAY !!!! L’horreur, ce système ayant plus d’une fois tiré game design et gameplay vers le bas… le but des développeurs étant bien évidemment de faire passer votre vaisseau à la casse, et le joueur à la caisse !

Reprenons nos esprits. Respirons un bon coup. En grattant un peu, on trouvera bien quelques raisons d’espérer derrière ces déferlantes de mauvaises nouvelles. Tout d’abord, il paraît que SKY FORCE – et ses nombreuses suites, sont d’excellents jeux smartphone. Je n’en doute pas un seul instant – encore faut-il aimer diriger un vaisseau avec son doigt. Personnellement je préfère encore me curer le nez avec. Ensuite, cette version intitulée SKY FORCE ANNIVERSARY est, je crois, un remaniement du titre smartphone SKY FORCE 2014, une espèce de remake du premier vieux chapitre de la saga, et par conséquent, je présume, une itération particulièrement soignée au sein de série – même si RELOADED est plus récent (2016), et visiblement un peu plus riche. Enfin, les heureux parents de cet oiseau rare (rapport à sa longévité), ou poule aux œufs d’or (rapport à sa rentabilité) sont issus du studio Infinite Dreams. Des Polonais ayant débuté la programmation sur Amiga – des gens biens, c’est certain. Sauf que lorsque l’on se penche sur leurs jeux développés à l’époque, on commence à en douter… ALIEN TARGET a malgré tout l’air sympa, et puis sa musique arrache tout (Amiga oblige).

SKY FORCE a donc considérablement voyagé avant d’atterrir sur les PC et les consoles de nouvelle génération – on pourrait presque remonter sa trace jusqu’aux vieilles bornes d’arcade des années 80, puisque le jeu d’Infinite Dreams constitue un hommage évident à des titres aussi glorieux que 1942 et 1943. Mais si l’habillage correspond au mythe de Capcom, le fond du jeu s’en éloigne considérablement. C’est d’ailleurs précisément là que le bât blesse, et que les inavouables origines de SKY FORCE remontent à la surface comme un vieux sac en plastique flétri sur les vagues bleues d’une mer turquoise : le free-to-play sur smartphone ! En gros, tout le système de SKY FORCE ANNIVERSARY est basé sur le grind. Ne cherchez pas à terminer le jeu dès vos premières parties, et ce même si vous êtes un mutant du joypad. Votre skill ne suffira pas. Faiblement armé, tir principal qui toussote, énergie au ras des pâquerettes… Oui, vous boirez le calice jusqu’à la lie… la litanie ?! Aussi, puisque je pourrais m’amuser à dresser une liste longue et ennuyeuse de tous les reproches applicables au jeu d’Infinite Dreams. Mais le principal souci, je l’ai évoqué un peu plus haut : c’est l’écosystème du free-to-play à la sauce smartphone. En fait, les développeurs veulent pousser les joueurs dans leurs derniers retranchements – pas au suicide, mais à l’achat !

En gros, dans SKY FORCE ANNIVERSARY, il vous faudra faire et refaire un nombre incalculable de fois les premiers niveaux du jeu dans différentes difficultés afin d’accumuler des étoiles, avec lesquelles vous pourrez acheter des améliorations pour : votre énergie, votre bouclier (temporaire), votre tir principal, vos petits canons latéraux, vos missiles, votre aimant (pour attirer les étoiles), votre laser (gros rayon frontal très bref) et votre smart-bomb. Sauf que ça coûte super cher. Mais vraiment. Du coup les premières parties sont assez molles, et peu variées (impossible d’utiliser les armes secondaires). En fait, j’ai l’impression qu’Infinite Dreams a gardé l’écosystème du free-to-play tel quel, sans pour autant permettre aux joueurs d’utiliser leur carte de crédit pour booster leur progression. Attention, je ne m’en plains pas – j’exècre cette manière de pousser les joueurs à violer leur portefeuille. Sauf qu’en l’occurrence, SKY FORCE ANNIVERSARY apparaît relativement déséquilibré lorsqu’il prend son envol. Le système de progression aurait dû être retouché, repensé lorsque le recours au free-to-play a été abandonné. Autre souci de taille – au sens propre comme au figuré : l’écran. On perd la verticalité du jeu smartphone pour bénéficier de toute la largeur d’une télévision. C’est joli, assez riche, la nature est belle et les bases rebelles. Mais on a aussi l’impression que ce changement de position de l’écran se fait au détriment de la nervosité de l’action : là où il fallait parer au plus pressé sur smartphone, le joueur semble désormais avoir le temps de voir venir les choses et les kamikazes sur consoles.

Tout cela fait de SKY FORCE ANNIVERSARY un jeu très lent au démarrage… sans pour autant être dénué de charme. À dire vrai, si j’ai trouvé le début du jeu parfois ennuyeux, je dois aussi avouer qu’il m’a considérablement relaxé. SKY FORCE ANNIVERSARY, ce serait donc un peu l’idée de ce verre à moitié vide ou à moitié plein. La zen altitude ou l’encéphalogramme plat. À chacun de choisir son combat… Pour ma part, je penche désormais du côté des joueurs conquis : SKY FORCE ANNIVERSARY met du temps à s’installer, certes. Mais très étrangement, il est aussi incroyablement addictif. On a toujours envie de progresser, de gratter quelques étoiles supplémentaires pour améliorer ceci ou cela, de découvrir quelques-unes des cartes cachées aléatoirement dans les niveaux, de remporter des médailles en terminant des défis – sauver des survivants, détruire 100% des ennemis, ne pas se faire toucher, etc. À chaque fois, cela permet de débloquer certaines choses : des niveaux de difficulté, des étoiles, des améliorations… Cerise sur le gâteau : le jeu permet au joueur de conserver les étoiles acquises au cours d’un niveau, même en cas de game over au beau milieu de celui-ci. Une idée lumineuse, qui permet de ne pas trop désespérer. D’avoir constamment l’impression de progresser. Enfin, si le level design paraît assez pauvre au début, il faut malgré tout noter l’originalité du niveau 5 (un slalom permanent !) et le regain de nervosité des niveaux 8 et 9 – surtout, la plupart des niveaux apparaissent sous un jour nouveau lorsqu’on les aborde dans les difficultés les plus relevées : bonne chance en mode nightmare !

SKY FORCE ANNIVERSARY… un shoot’em up mineur, mais un petit jeu majeur ?

Note :

Le premier contact avec SKY FORCE ANNIVERSARY laisse un arrière-goût assez amer : le jeu est joli, ses couleurs pètent de mille feux, on peut jouer à deux, mais… tout cela est globalement mou, les musiques ne sont pas marquantes et les patterns ennemis sont trop simplistes pour passionner. Pire : le grind est ici au centre des débats, et il vous faudra faire et refaire un nombre incalculable de fois les premiers niveaux afin d’améliorer votre vaisseau (un seul disponible, contre plusieurs dans SKY FORCE RELOADED) et espérer vaincre dans les chapitres avancés. Curieusement, on se prend au jeu. Celui-ci est particulièrement addictif, voire reposant dans ses difficultés les plus basses. L’ensemble gagne même en nervosité dans les derniers niveaux, ainsi que dans les difficultés les plus relevées. Un bon petit jeu, disponible sur presque toutes les machines du marché.

Images : PlayStation

Trailer :

Genre : . Ce contenu a été publié dans CURRENT-GEN, Test, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Sky Force Anniversary (PlayStation 4, 2016)

  1. cherycok dit :

    J’y ai beaucoup joué sur iPhone à celui là et j’avais beaucoup aimé. Je ne savais même pas que c’était sorti sur consoles…

  2. cherycok dit :

    Ok, je dis n’importe quoi, c’est sur le reloaded que j’ai beaucoup joué…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *