Super R-Type (Super Famicom, 1991)

icone Super_Famicom_JPNSUPER R-TYPE
Année : 1991
Studio : Irem
Éditeur : Irem
Genre : R u ready to kick some ass?
Joué et testé sur Super Famicom
Support : cartouche


L’empire de Bydo est de retour. Il projette une nouvelle attaque depuis l’espace afin d’asservir notre petite planète bleue. À bord du vaisseau R-9 regorgeant d’options, de lasers et de modules amovibles, vous êtes la dernière ligne de défense terrienne. Sept niveaux vous séparent à présent du repère de Bydo. Ce ne sera sans doute pas suffisant pour qu’il sauve sa peau reptilienne. Les aliens n’ont qu’à bien se tenir !

R-TYPE fait partie des franchises cultes de l’univers des shoot’em up. Encore bien plus que les GRADIUS et autre DARIUS, notamment en raison de ses multiples portages sur des machines extrêmement familiales pour l’époque (les ordinateurs 8 et 16 bits par exemple). Du coup, même le plus casual des gamers connaît R-TYPE et son gameplay à base de gros tir qu’il faut charger et de module avec lequel il faut jongler. Peut-on en dire autant des autres grosses franchises de shooters ?

SUPER R-TYPE sort en 1991 sur une Super Famicom qui n’a pas encore un an : résultat la réalisation technique n’est pas à la hauteur. Si les graphismes et les sons demeurent malgré tout plutôt bons, c’est au niveau de l’animation que SUPER R-TYPE se ramasse méchamment. Que notre vaisseau (le R9) soit relativement lent passe encore (les R-TYPE n’ont jamais été des monstres de rapidité), mais que le jeu se mette à ralentir de manière exécrable dès qu’il y a un peu trop d’ennemis à l’écran, c’est inacceptable. Et je ne parle pas du clipping… SUPER R-TYPE souffre donc de carences rédhibitoires pour un shoot’em up, carences qui rendent d’ailleurs le mode hard absolument injouable (GRADIUS III a hélas connu plus ou moins le même sort). Les programmeurs d’Irem sont vraiment des sales r-types !

En mode easy, voire normal, SUPER R-TYPE demeure jouable malgré tout. On se prend même au jeu, et les ralentissements finissent par faire partie du soft à part entière. On les utilise un peu comme s’il s’agissait d’une arme spéciale en forme de slow-motion, qui nous permettrait d’avoir le temps de voir arriver les ennemis et leurs boulettes. Du coup on prend quand même son pied, dans SUPER R-TYPE, car le jeu réserve plein de bonnes surprises et de gros boss bien vilains. Du côté des chapitres, il s’agit de quatre niveaux de R-TYPE II auxquels ont été couplés trois niveaux supplémentaires. On retrouve donc le grand méchant Bydo, le gameplay classique de la franchise et une difficulté un peu élevée en raison de l’absence de checkpoints (mais les continus sont infinis). En mode easy (le seul vraiment jouable ?) SUPER R-TYPE demeure malgré tout faisable, et si j’ai failli craquer à force de décéder dans d’atroces souffrances face au boss final, j’ai IREMmédiablement fini par vaincre (sans gloire, je vous rappelle que c’était en mode easy).

Vous l’aurez compris : avec SUPER R-TYPE on est loin de R-TYPE III (Super Famicom) ou bien évidemment de R-TYPE DELTA (PlayStation). Malgré tout, le charme opère – à cœur ouvert, tant certains fans débordent d’amour pour ce shoot légendaire. Les fans en question, donc, passeront outre les ralentissements et les retourneront même à leur avantage en mode easy ou normal.

Note :      Nostalgie :

Loin d’être un grand jeu, SUPER R-TYPE est miné par des ralentissements tellement nombreux qu’ils transforment le mode hard en cauchemar éveillé. En mode normal et surtout easy, le soft d’Irem se révèle malgré tout très jouable, et on finit même par s’amuser à retourner ces ralentissements à notre avantage. Au final SUPER R-TYPE est un bon petit shoot’em up, un peu difficile pour le joueur néophyte (absence de checkpoints) mais quand même assez fun avec ses cinq gros modules (forces) différents, son petit module (bit) optionnel, son laser surpuissant et ses missiles. On prend beaucoup de plaisir à le plier au moins une fois.

mag vintage

Ce contenu a été publié dans OLD-GEN, Test, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Super R-Type (Super Famicom, 1991)

  1. Je préfère tout de même R-Type Arcade ou sa conversion sur Pc Engine car les ralentissements étaient trop important là 🙁

    • Oli dit :

      Mince je voulais te répondre depuis un moment mais j’ai oublié ! Le problème là c’est que tu compares deux jeux différents. Si je ne m’abuse, SUPER R-TYPE sur Super Famicom est un titre exclusif, il n’existe sur aucune autre machine. Donc ce que je cherche à dire, c’est qu’on ne peut pas le trouver de meilleure qualité sur une autre machine…dès lors le fan pur et dur de la franchise devrait pouvoir passer outre les défauts techniques du jeu pour apprécier les bons coups qu’il a à proposer. Enfin je crois.

  2. cherycok dit :

    JE me suis arraché les cheveux sur ce putain de jeu. MAis sur SNES, un de mes shoots préféré était UN SQUADRON, de Capcom je crois

    • Oli dit :

      Ah oui AREA 88 au Japon, un excellent shoot horizontal. Je me suis racheté la cartouche y’a deux ans de cela environ. N’hésite pas si tu souhaites te fendre d’un petit test de derrière les fagots !

  3. cherycok dit :

    JE t’avouerais que pour le moment, je suis en stand by. LE peu de temps que j’ai, je mate un film asiat… Mais j’y pense, UN Squadron est un excellent jeu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *