Nemesis II (Game Boy, 1991)

nemesis 2_fronticone game-boyNEMESIS II
Titres alternatifs : Gradius: The Interstellar Assault / Nemesis II: The Return of the Hero
Année : 1991
Studio : Konami
Éditeur : Konami
Genre : l’as des as-téroïdes
Joué et testé sur Game Boy (Game Boy Advance SP)
Support : cartouche


Alors que vous vous lancez à l’assaut des armées de Bacterion, votre Vic Viper est pris en chasse par un vaisseau gigantesque : la guerre commence mal (et ne finit pas très bien, en général). Si vous parvenez à échapper à cette diabolique machine, peut-être serez-vous capable de sortir vivant de la ceinture d’astéroïdes et des nombreuses batailles qui vous attendent : dans l’espace, au sein des couloirs robotisés du principal complexe ennemi, voire même sous le ciel bleu et les nuages, au plus près du plancher des vaches – tout du moins si vous survivez jusque-là !

Nemesis_II_03
NEMESIS II est la suite du premier NEMESIS, déjà un épisode un peu à part de la série GRADIUS, qui différait tellement du jeu originel qu’il pouvait être considéré comme un quasi spin-off. La suite d’un spin-off alors, ça donne quoi ? Bien évidemment un jeu également un peu à part (sans Moaï !), qui ne correspond plus ni à GRADIUS 2, ni à NEMESIS 2 (sur MSX) – même si on retrouve un thème musical en commun. Une chose est sûre : ce NEMESIS II enfonce le clou – du spectacle ! Le jeu commence ainsi comme une course-poursuite haletante pour se terminer sur un duel face à un boss imposant, à la fin du premier niveau. Et ne lâchez pas votre Game Boy après avoir défait votre adversaire, que ce soit pour vous gratter le nez ou reprendre une gorgée de café comme j’ai pu le faire : vous décéderiez dans la seconde qui suit puisque le jeu, en fait, ne s’arrête jamais ! Il s’agit en effet d’une succession de saynètes formant une suite logique – une histoire, c’est si rare dans les shoot’em up… Fuite désespérée pour commencer, infiltration dans un vaisseau gigantesque, slalom dans une ceinture d’astéroïdes, descente sur la planète avec en prime votre vaisseau qui scintille en pénétrant dans l’atmosphère (détail absolument génial)…et je vous laisse découvrir la suite. En un mot : trépidant !

Nemesis_II_04
Sur le fond, il s’agit bien évidemment d’un vrai GRADIUS, avec son armement et sa vitesse que vous pourrez upgrader selon votre bon plaisir en récupérant des modules lâchés par certains ennemis. A noter qu’il est à présent possible, contrairement au premier NEMESIS, de sélectionner son type d’armement avant la partie. Concernant les upgrades, il est certes toujours très dur de repartir du bon pied après une mort tragique, tant votre vaisseau se traine sans speed-up. Mais les modules foisonnent et un bon joueur devrait être rapidement capable de se refaire une santé – du coup le jeu n’est pas vraiment difficile. Un défaut ? Pas vraiment, en particulier sur une console portable. Et puis le plaisir est là, et c’est le principal. Le plaisir des yeux tout d’abord, les graphismes étant particulièrement léchés et les boss imposants. Le plaisir du gameplay enfin, addictif au possible tant tout se révèle simple, fluide et rythmé.

Une précision concernant les différentes difficultés : en easy, vous ne verrez pas la fin. En mode normal, vous aurez la chance d’assister aux crédits quand, finalement, le mode hard vous réservera une toute petite surprise en guise de récompense ultime. Un mode hard plutôt abordable d’ailleurs, puisque les continus sont infinis – les ennemis y sont un poil plus nombreux, certains tirent alors qu’ils ne le faisaient pas avant, mais rien de rédhibitoire cependant.

Nemesis 2-planet
Comptez un peu plus de vingt minutes pour boucler l’aventure – si vous maitrisez les niveaux. A l’instar du premier NEMESIS sur la même console, NEMESIS II semble donc particulièrement court, mais il est tellement prenant et amusant que l’on se surprend à replonger à intervalles réguliers dans sa (toute) petite épopée. Épopée, oui. Car comme je l’ai déjà dit NEMESIS II raconte une histoire. Celle-ci est mise en scène.  Il y a un donc un fil conducteur et les niveaux se suivent – et ne se ressemblent pas ! Oui NEMESIS II surprend. Souvent. Il amuse aussi : constamment. Même s’il ne va pas aussi loin qu’un ZAS, NEMESIS II est un shoot clairement immanquable sur Game Boy.

Note : joystick 2joystick 2joystick 2joystick half   Nostalgie : joystick 2joystick 2joystick 2joystick 2

Jouer à NEMESIS II, c’est l’assurance de bénéficier toute l’année des fêtes de Noël avant l’heure – et pas des fêtes de Pâques : curieusement il n’y a aucun Moaï cette fois-ci ! La grande originalité de cette suite du déjà très réussi NEMESIS ? L’histoire : les niveaux de NEMESIS II forment en effet une suite logique et, mis bout à bout, racontent une petite aventure spatiale. Fun, maniable, doté de boss très grands et de graphismes vraiment jolis (regardez le niveau de détail des plus grands vaisseaux), NEMESIS II est une réussite sur toute la ligne – de front !

Images : 2945-devblog

Une vidéo :

mag vintage

Genre : . Ce contenu a été publié dans OLD-GEN, Test, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *