Zettai zetsumei toshi (PlayStation 2, 2002)

ZETTAIZETSUMEI TOSHI 2002icone playstation 2ZETTAI ZETSUMEI TOSHI
Titres alternatifs : Disaster Report / SOS: The Final Escape
Année : 2002
Studio : Irem
Éditeur : Irem
Genre : épancher sa soif – d’aventure !
Joué et testé sur PlayStation 2
Support : DVD-ROM


Alors que vous venez d’arriver sur une gigantesque île artificielle désormais transformée en complexe urbain à part entière, vous vous apprêtez à commencer votre travail de journaliste pour un grand journal. Mais c’était sans compter sur un terrible tremblement de terre qui défigure profondément l’île, engloutissant ses bâtiments et emportant de nombreux innocents. Par un heureux hasard, vous survivez au premier séisme…mais les répliques s’annoncent terribles – l’île semble vouée à disparaitre ! Isolé, fatigué et assoiffé, vous devez tout d’abord vous extirper du pont sur lequel vous vous trouvez – et qui tangue dangereusement. Après avoir croisé la route d’une autre survivante, Karen, vous allez essayer, tant bien que mal, de vous organiser afin de contacter d’éventuelles équipes de secours. 

disaster report 09disaster report 10

disaster report 11disaster report 12

Avec DISASTER REPORT, attention les secousses : la série ayant rencontré un certain succès d’estime, ses tremblements de terre connaitront des répliques, sous la forme de suites. L’une encore pour la PlayStation 2, l’autre pour la PSP. Mais l’histoire de cette franchise très singulière est aussi tristement connectée à une catastrophe bien réelle. Le quatrième opus de la série, prévu sur PlayStation 3, aurait dû sortir le 10 mars 2011, avant d’être repoussé à une date ultérieure. Une date qui ne viendra jamais, puisque le 11 mars 2011 un tsunami ravagea les côtes de la région de Tôhoku et fut responsable de plus de 18000 morts ou disparus…sans même parler des conséquences gravissimes qui perdurent aujourd’hui encore dans cette partie du Japon – voire dans le pays tout entier, si on prend en compte la catastrophe nucléaire. Les producteurs du jeu prirent leurs responsabilités en annulant officiellement le quatrième épisode quelques jours après. Oui, par un triste et obscur hasard, la sortie de ZETTAI ZETSUMEI TOSHI 4 a quasiment chevauché la terrible réalité – dont s’est toujours inspiré cette série de jeux vidéo, soit dit en passant. C’est sans doute lorsque l’on doit faire face à des moments aussi traumatisants que l’on se dit que nos loisirs sont finalement bien futiles…

disaster report 13disaster report 14

disaster report 16disaster report 15

Futiles mais paradoxalement indispensables, en particulier dans une société stressante qui presse ses travailleurs comme des citrons, qui ronge sa jeunesse en lui mentant sur son avenir et qui préfère fermer les yeux sur les désastres du monde. C’est pour toutes ces raisons que je pense sincèrement qu’il est sain de se moquer de soi-même, de s’amuser avec l’actualité au risque, parfois, de choquer. Faire une partie de DISASTER REPORT revient peu ou prou à faire l’expérience d’une horreur très humaine, très réelle. Et après tout, pourquoi pas ? Qu’est-ce qui est le plus choquant, au final ? Un jeu vidéo qui retrace l’histoire d’une terrible catastrophe (fictionnelle), ou la télévision japonaise qui vomit ses conneries chaque jour pour lobotomiser les masses, enfermer ses citoyens dans un carcan intellectuel étroit afin de mieux les contrôler ? Un constat encore plus vrai depuis le désastre de 2011.

disaster report 17disaster report 21

disaster report 24disaster report 20

Mais revenons au jeu vidéo. DISASTER REPORT, sorti initialement en 2002, accuse hélas le poids des ans. Il faut dire que les développeurs ont eu la folie des grandeurs : des immeubles qui s’écroulent tout autour de vous, des piliers qui s’abattent par dizaines, des ponts qui s’affaissent (parfois lorsque vous êtes dessus !), un tsunami improbable et un building qui tangue dangereusement alors que vous êtes encore dedans. Ceci n’est qu’un petit échantillon de ce qui vous attend dans l’incroyable aventure contée dans DISASTER REPORT. Mais une telle distance d’affichage pour l’époque, autant d’évènements presque grandeur nature, tellement de détails et de mouvements à l’écran ne se font pas sans mal : le jeu rame assez souvent, et parfois violemment. Ajoutez à cela une certaine rigidité dans les déplacements, la caméra ringarde (oubliez le stick droit pour la contrôler) et l’obligation de passer dans les menus pour sélectionner un objet et l’utiliser, et vous aurez alors une petite idée des écueils qui vous attendent si vous vous lancez dans DISASTER REPORT aujourd’hui en imaginant que vous aurez droit à un jeu aussi user friendly que la plupart des titres actuels.

disaster report 25disaster report 28

disaster report 31disaster report 32

Mais ces soucis techniques sont, aussi, ce qui fait le charme du jeu. Je m’explique. On sent vraiment que les développeurs sont allés au bout de leurs idées, de leur trip « fin-du-mondesque » sans trop se soucier si tout tiendrait dans une PlayStation 2 et surtout s’ils avaient suffisamment de talent et d’argent pour peaufiner tout ça. Une attitude déraisonnable, non professionnelle… ou rêveuse ? Moi j’ai tout de suite penché pour la dernière solution. DISASTER REPORT est un jeu qui va au bout de lui-même, porté par des développeurs qui voulaient absolument y mettre tout ce qui leur passait par la tête. Et j’ai adoré ! Si, comme moi, vous êtes retrogamer dans l’âme et pouvez faire fi de certains soucis techniques pour vous plonger littéralement dans une aventure hors du commun, vous risquez bien de ne jamais vouloir remonter à la surface ! Et le jeu vous y aidera : inondations, torrents de boue et tsunami vont rivaliser d’efforts pour vous faire boire la tasse. Mieux : le soft a l’intelligence de jouer la carte de la variété puisqu’il alterne les phases de survie avec rationnement, recherche de son chemin en territoire hostile et gestion de la soif, les phases de « panique » où il vous faudra courir en évitant des pièges scriptés et joliment mis en scène et enfin des phases de plate-forme pure, durant lesquelles vous devrez par exemple marcher en équilibre sur des barres suspendues au-dessus de terribles flammes ou vous faufiler lentement sur la corniche d’un immeuble à plusieurs dizaines de mètres de hauteur. Ces phases de plate-forme, bien qu’assez rigides à cause de la maniabilité du personnage, n’en demeurent pas moins parfaitement jouables : il n’y a pas de morts injustes une fois que l’on a bien compris comment prendre en main les mouvements du héros. Un dernier détail : pour éviter de tomber dans le vide, pensez-bien à presser le bouton R1 en cas de secousse sismique. Cela aura pour effet de vous accroupir et donc de ne pas perdre l’équilibre.

disaster report 33disaster report 34

disaster report 35disaster report 36

Malgré ses défauts, qui ne seront étrangement pas corrigés dans le deuxième épisode toujours pour la PlayStation 2, DISASTER REPORT constitue un divertissement hallucinant, original et varié. L’ouverture est dantesque : sur un pont gigantesque et suspendu sur le point de s’écrouler ! La suite sera du même acabit : un métro délabré, des immeubles qui tombent comme des dominos, un vrai sentiment d’isolement (renforcé par l’absence totale de musiques), des camions qui paraissent tomber du ciel (hallucinant) et toujours cette menace constante inhérente au vrai survival : la fatigue, le rationnement obligatoire (votre sac à dos n’est pas énorme), la gestion de la soif mais aussi des autres survivants. En effet, des dialogues incluant plusieurs réponses auront pour conséquence de vous proposer des intrigues complètement différentes et donc des fins variées. Quel pied, vraiment. Oui quel pied de pouvoir jouer à une aventure réaliste et prenante, un survival sans monstres ni zombies ! Un soulagement… de courte durée ? Plus ou moins, car sur la fin, l’intrigue de DISASTER REPORT emprunte un chemin bien peu convaincant, [ATTENTION SPOILER] fait de complot politique et de mercenaires armés d’armes de guerre – attendez-vous à devoir subir quelques phases d’infiltration ridicules et peu logiques (criez à dix mètres d’un ennemi, dans certaines scènes il ne se déplacera pas pour venir vous chercher). [FIN DU SPOILER]

disaster report 07disaster report 37

disaster report 38disaster report 39

Il serait malgré tout dommage de démolir un tel jeu pour sa faute de goût finale – et puis c’est subjectif, certains joueurs pourraient apprécier ce changement de ton. DISASTER REPORT demeure un jeu comme on en fait peu et qui mérite que l’on passe outre ses écueils techniques, surtout qu’il peut être refait plusieurs fois afin d’en goûter les différentes difficultés (ça n’a rien à voir quand la soif vous gagne plus rapidement), de dénicher ses petites scènes accessoires, ses secrets et multiples objets (souvent utiles) voire ses intrigues parallèles. Un véritable tsunami vidéoludique, c’est dit !

Note : joystick 2joystick 2joystick half    Nostalgie : joystick 2joystick 2joystick 2

Techniquement, DISASTER REPORT n’était déjà pas une merveille en 2002. Alors imaginez aujourd’hui… Si les soucis techniques ne vous rebutent pas (jeu qui rame, graphismes et animations pas très convaincants) et si vous aimez les jeux originaux et variés, n’hésitez pas : le jeu d’Irem est fait pour vous. Il s’agit d’un vrai survival dans lequel chaque détail a son importance (moins en mode easy, c’est vrai) et où les catastrophes s’enchainent avec une mise en scène extrêmement efficace – certains instants sont carrément épiques. Une petite étrangeté : les versions américaine et européenne ont été remaniées puisque certains des personnages principaux ont été occidentalisés… en les affublant de cheveux d’un blond platine presque exubérant. Un parti pris un brin dérangeant…

Images : jeux vidéo et des bas / Youtube

Les 10 premières minutes de jeu (version japonaise) :

mag vintage

Genre : , . Ce contenu a été publié dans OLD-GEN, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *