Red Arremer: Makaimura Gaiden (Game Boy, 1990)

gargoyle quest_fronticone game-boyRED ARREMER: MAKAIMURA GAIDEN
Titre alternatif : Gargoyle’s Quest
Année : 1990
Studio : Capcom
Éditeur : Capcom
Genre : Red amer
Joué et testé sur Game Boy
Support : cartouche


On raconte que le monde des goules a autrefois été sauvé par un sombre héros nommé Red Blaze… Cette légende a la peau dure, aussi il n’est pas surprenant que les goules en question, habituées à poursuivre des chimères, pensent trouver leur salut sous le cuir rouge d’une gargouille : Red Arremer. En effet plusieurs centaines d’années ont passé et leur monde est à nouveau attaqué par les terribles Destructeurs. Red Arremer n’a pourtant rien d’un héros. Pourra-t-il s’improviser sauveur du monde morne des goules ?

gargoyle quest 02gargoyle quest 03

gargoyle quest 04gargoyle quest 05

GARGOYLE’S QUEST est sorti en 1991 en Europe. J’étais toujours ado à l’époque et complètement amoureux de la Game Boy. J’ai encore des souvenirs émus de tous ces jeux commandés par correspondance chez Micromania et dont j’attendais impatiemment l’arrivée dans ma boîte aux lettres…  CASTEVANIA, TEENAGE MUTANT NINJA TURTLES, TETRIS, DR. MARIO et surtout… GARGOYLE’S QUEST (un intrus figure dans cette liste – sauras-tu le démasquer ?*).

Dans GARGOYLE’S QUEST, on nous propose d’incarner une gargouille aux faux airs de démon ailé entraperçu dans GHOSTS’N GOBLINS – oui, le monstre récurrent qui venait pourrir la vie du pauvre Arthur et indirectement celle du joueur blessé dans son amour propre en raison de la difficulté surréaliste du bouzin. Et après il y en a qui viennent dire que BLOODBORNE est un jeu hardcore, ah ah ah ! Bref, GARGOYLE’S QUEST est bel bien un spin-off de la série GHOSTS’N GOBLINS, du coup et si vous cherchez à vous venger de la terrifiante gargouille, rien ne vous empêche de pousser votre personnage au suicide durant l’une de vos parties sur Game Boy – on est machiavélique ou on ne l’est pas, n’est-ce pas…

Si GARGOYLE’S QUEST a su marquer les esprits (au point de connaître deux suites  réussies), c’est tout autant grâce à son gameplay, à ses idées originales qu’à son level design. Votre gargouille s’appelle Red Arremer (oui c’est son nom et il y a le mot « red » – expliquez-moi donc pourquoi la gargouille est verte, sur les boîtes occidentales ?!). Red Arremer, donc, se situe cette fois-ci du côté du bien, sur l’échiquier de la vie démoniaque. Il lui faudra déjouer de nombreux pièges et passages vicieux, mais aussi régulièrement améliorer ses capacités s’il souhaite mettre un terme au règne du grand méchant du jeu.

gargoyle quest 07gargoyle quest 08

gargoyle quest 09gargoyle quest 10

Upgrades, nouvelles capacités, de longues phases de jeu façon « FINAL FANTASY » avec petits dialogues et (tout) petits secrets à dénicher, le tout couronné de rencontres/combats aléatoires lorsque vous naviguez ainsi sur la carte. Et oui, GARGOYLE’S QUEST contient bien des éléments de RPG ! Très sympas au début, mais un brin redondantes au bout d’un moment, ces nombreuses séquences peuvent finir par lasser. L’ajout de cette petite dimension « RPG », presque purement cosmétique, n’est sans doute pas suffisamment poussée pour pouvoir qualifier GARGOYLE’S QUEST d’action-RPG. C’est là que se situe sans doute le seul défaut du jeu : pas suffisamment marqués et profonds, les quelques détails empruntés à l’univers des RPG ne passionnent guère – OK, il faut marcher sur une carte représentant le monde, discuter avec quelques PNJ (très peu de dialogues importants) et se farcir des rencontres aléatoires peu passionnantes (c’est un euphémisme). Surtout, surtout les phases d’action/plates-formes de GARGOYLE’S QUEST sont à tel point réussies, valorisantes (il faut quand même du skill) et variées que l’on aimerait les enchaîner sans devoir passer par des séquences de pseudo-RPG. Notez malgré tout que ce sentiment est très subjectif – je connais en effet de nombreux joueurs ayant apprécié ces passages nimbés d’aventure qui permettaient de souffler entre deux chapitres de pure plate-forme.

gargoyle quest 06gargoyle quest 11

gargoyle quest 12gargoyle quest 13

Souffler, oui – et pas du feu. Car GARGOYLE’S QUEST n’est pas avare en passages vicieux et en ennemis retors. Oui, il est parfois un brin stressant car particulièrement punitif, du moins au début de l’épopée. À mesure que vous maitriserez davantage le gameplay et que Red Arremer développera de nouvelles capacités, le jeu se révèlera alors plus abordable. Surtout, il vous proposera des niveaux savamment pensés qui feront à chaque fois appel à vos nouveaux pouvoirs – rafales de flammes pouvant détruire certains murs, crachats gélatineux permettant à la gargouille de s’agripper à des parois pourtant criblées de pointes, boomerangs ou encore et surtout votre capacité à voler qui s’étendra petit à petit. Au début, vous serez uniquement capable de voleter comme un moineau durant quelques secondes – pour au final pouvoir planer indéfiniment !

Oui, le gameplay de GARGOYLE’S QUEST est extrêmement bien huilé. Mou et plutôt gras du bide (aucun rapport avec François Hollande), votre monstre a d’autres atouts dans sa manche. En effet la lenteur relative de la gargouille n’est pas handicapante, puisque le level design et les ennemis ont été pensés en conséquence. Ceux-ci sont nombreux, intéressants à vaincre (en particulier lorsque vous pourrez changer votre pouvoir à la volée – en passant par le menu) et dirigés par plusieurs boss saisissants pour une petite Game Boy. Ces boss vous demanderont le plus souvent une maîtrise parfaite du vol mais aussi une bonne connaissance des décors alentour.

GARGOYLE’S QUEST est un grand jeu, varié, aussi beau à regarder qu’agréable à écouter (ces musiques…) et dont le gameplay évolutif est particulièrement bien intégré au déroulement de l’aventure et de son level design, aujourd’hui encore absolument génial. Non malgré le poids des ans, notre fameuse gargouille n’a pas pris de plomb dans l’aile.

*L’intrus est évidemment TETRIS, puisqu’il était offert avec la Game Boy en France.

Note :      Nostalgie :

Pour moi, GARGOYLE’S QUEST fait partie des grands classiques de la Game Boy. Un jeu indispensable malgré ses petits défauts – relatifs : les rencontres aléatoires, par exemple. Gameplay bien pensé, level design ingénieux, GARGOYLE’S QUEST frise la perfection et se permet même d’être aussi extrêmement réussi sur la forme : les graphismes sont beaux, et les musiques inoubliables. La suite directe du jeu est sortie à la fois sur Famicom et sur Game Boy (mais annulée en Occident). Bien évidemment plus joli sur Famicom, GARGOYLE’S QUEST II est pourtant plus complet sur Game Boy, puisqu’il y dispose d’un niveau supplémentaire.

Images : katoc et malgdgdblog

Une vidéo :

mag vintage

Genre : , , . Ce contenu a été publié dans OLD-GEN, Test, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *