Hello Kitty to issho: Block Crash V (PlayStation Vita, 2012)

hello kitty block crash v psvitaicone playstation vitaHELLO KITTY TO ISSHO: BLOCK CRASH V
Année : 2012
Studio : Dorart
Éditeur : Dorart
Genre : ça casse pas des briques… vraiment ?
Joué et testé sur PlayStation Vita
Support : PS Vita Card


La belle et séraphine Charlotte se lance à l’assaut de plus d’une centaine de tableaux dans un casse-briques bercé de douces musiques, habillé aux couleurs de sucreries explosives et peuplé de filles kawaii en diable, dont Kanon et ses cheveux violets, qui prendront un malin plaisir à vous narguer à chacun de vos mauvais pas. Tout cela pour quoi ? Pour débloquer des goodies Hello Kitty, of course !

hello kitty block crash v 02
Pourquoi les casse-briques sont-ils considérés comme has-been, là où de nombreux puzzle games inspirés de TETRIS, PUYO PUYO et autres COLUMNS n’en finissent pas de revenir sur le devant de la scène ? C’est bien triste. Aussi triste que de devoir se contenter de ce HELLO KITTY TO ISSHO: BLOCK CRASH V pour épancher sa soif de cœurs briques brisées. Loin d’être un mauvais jeu, BLOCK CRASH V pâtit malgré tout d’une direction artistique donnant envie d’énucléer des hamsters à la petite cuillère. Voilà, c’est dit. L’habillage graphique risque de vous rendre aveugle, les musiques dignes de MON PETIT PONEY font saigner les oreilles et même les petites voix ultra kawaii des protagonistes de « l’histoire » (guillemets en gras) finissent par taper sur le système comme rarement : ces demoiselles ont chacune deux ou trois lignes de texte différentes à réciter lorsque l’on joue, ça tourne en boucle à en faire perdre la tête au joueur le plus résistant – sans même parler de ce petit côté assurément glauque, quand on sait que la grande majorité des doubleuses de jeunes voix kawaii sont en réalité des femmes d’un certain âge, voire parfois des grand-mères ! Ah, elles sont tout de suite moins sexy vos petites héroïnes kawaii de jeux vidéo, n’est-ce pas ?!

hello kitty block crash v 03
Vous l’aurez compris, l’habillage de BLOCK CRASH V est tellement sucré que l’on finit par friser la nausée. Un casse-briques casse-bonbons, en somme. Avec la fonction gyroscopique de la Vita, on se dit que le jeu pourrait aussi rapidement devenir casse-gueule ! Mais non, vous pouvez pousser un « ouf » de soulagement : vous ne dirigez pas la raquette via cette fonction, mais au stick. À l’ancienne, ai-je envie de dire. Les développeurs ont eu l’intelligence de ne pas trop mettre en avant les fonctions très particulières de la PS Vita. Le jeu, également sorti sur 3DS, est néanmoins à privilégier sur Vita. Pour la qualité de l’écran tout d’abord, mais aussi pour ces quelques niveaux qui utilisent avec parcimonie les capacités uniques de la portable de Sony. Un tableau plongé dans l’obscurité pourra ainsi être faiblement éclairé grâce à vos doigts naviguant sur le pavé tactile arrière. Quelques briques molles agglutinées ensemble pourront aussi être déplacées grâce à la fonction gyroscopique – encore une fois ce n’est pas casse-gueule car cette astuce n’est pas au centre du gameplay. Au contraire, cette fonction se révélera essentielle avant le premier lancer de chaque balle – il vous sera en effet possible de choisir l’angle de l’engagement en inclinant la PlayStation Vita dans un sens ou dans l’autre. Sympa. Utile. Jouable. Joie.

hello kitty block crash v 05
Il y a d’autres bonnes idées, dans HELLO KITTY TO ISSHO: BLOCK CRASH V (V pour la lettre “v”, comme la victoire, il ne s’agit pas du chiffre romain). La plupart de celles-ci étaient d’ailleurs déjà présentes dans l’opus PSP : briques qui descendent petit à petit, tableaux plongés dans l’obscurité, combats de boss, niveaux en forme de petits parcours de golf (il faut faire entrer la balle dans un trou et non pas détruire toutes les briques) ou encore ces tableaux peuplés de visages qu’il faut intervertir (en envoyant la balle dessus) afin d’avoir une série de têtes identiques. Tout cela fonctionne plutôt bien et le joueur n’a pas l’impression de tourner en rond. Les tableaux savent se renouveler et on prend un réel plaisir à grimper petit à petit de niveau en niveau, depuis la difficulté easy, en passant par normal, hard puis enfin challenge. Tout un programme (de finesse…) avec au total 130 niveaux (combats de boss inclus) plus un DLC payant pour celles et ceux que ça intéresserait.

Contrairement aux ancêtres du genre, comme le vénérable ARKANOID, la vraie difficulté de BLOCK CRASH V n’est pas de le boucler une première fois, mais bien de revenir sur chaque niveau afin de les terminer avec un rang honorable – soit A, ou S. Un classement qui tient uniquement compte du temps mis pour terminer un tableau. Un défi très sympa, un peu difficile sans être vraiment prise de tête – contrairement aux cadors du genre, dont ARKANOID déjà cité qui était, il faut le reconnaître, d’une difficulté presque décourageante en son temps.

hello kitty block crash v 07
HELLO KITTY TO ISSHO: BLOCK CRASH V est au final un bon petit jeu, parfait pour les amateurs de casse-briques et qui sied parfaitement à la Vita pour des petites sessions emplies de nostalgie. Certes l’habillage débordant de niaiserie est absolument innommable (aucune âme, on regrette l’ambiance futuriste des ARKANOID) et la raquette n’est pas très nerveuse – le jeu est un peu mou, c’est un fait : il ne s’adresse pas aux hardcore gamers. De plus les bonus manquent quelque peu de classe et d’originalité, et certains passages, comme c’est souvent le cas dans les casse-briques, font trop appel à la chance – les tourbillons, quelle horreur. Néanmoins, BLOCK CRASH V saura vous divertir et vous amuser, pour peu que vous ne soyez pas trop exigeant.

Pour cent briques t’as plus rien ? Mensonge éhonté : désormais tu débloques un trophée !

Note :

HELLO KITTY TO ISSHO BLOCK CRASH V tire son épingle du jeu vidéo car il fait face à une concurrence bien faible dans le genre des casse-briques. Si vous résistez à son habillage aux couleurs qui font saigner les yeux, si vous survivez à ses musiques et à ses voix kawaii qui tapent sur le système, alors vous devriez pouvoir apprécier un casse-briques très honnête et plutôt plaisant, car relativement varié.

Images : éditeur

L’un des trailers :

Genre : . Ce contenu a été publié dans CURRENT-GEN, Test, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *