The Force Unleashed II (PlayStation 3, 2010)

STAR WARS: THE FORCE UNLEASHED II
Titre alternatif : Star Wars : le Pouvoir de la Force II
Année : 2010
Studio : LucasArts
Éditeur : LucasArts
Genre : press R2 (- D2 ?)
Joué et testé sur PlayStation 3
Support : Blu-ray


Tandis que l’Ordre 66 continue de faire des ravages dans les rangs des Jedi survivants, Darth Vader commence à s’inquiéter : le général Kota semble mettre sur pied un embryon de rébellion, construit sur les ruines salvatrices nées du sacrifice de Galen Marek. Sacrifice, vraiment ? Mais alors qui est ce Starkiller qui marche actuellement aux côtés de Vader ? Tiraillé par des souvenirs diffus, torturé par des cauchemars du passé, ce Starkiller ne sait plus vraiment qui il est. A-t-il réellement survécu ou est-il un clone de Marek ? Personne n’a réussi à cloner le moindre Jedi jusqu’à présent… Bousculé jusque dans son identité, Starkiller refuse de servir à nouveau Darth Vader. Il tente alors de s’enfuir de Kamino pour retrouver Kota… et surtout Juno.

Le premier jeu avait tellement marqué les esprits, que THE FORCE UNLEASHED II a eu bien du mal à se faire une place aux soleils – de Tatooine. Lors de sa sortie, la critique et une partie des joueurs avaient eu la dent dure comme une canine de Rancor à son égard. L’un des principaux reproches était l’appauvrissement du gameplay – Jeuxvidéo.com relevait par exemple la disparition des combos au sabre, dans une diatribe assassine rapidement reprise par l’ensemble de la profession. Disparition des combos au sabre… Vraiment ? Et pourtant cette liste, qui n’inclut pas les combos de rang 3, semble prétendre le contraire. On m’aurait menti ? À la décharge de ces testeurs qui se précipitent pour terminer des jeux dans les difficultés les plus basses afin de pondre leurs articles dans les temps, il convient de préciser qu’il y a moins de combos, c’est vrai, que le fait de se battre à deux sabres n’apporte rien (à part la possibilité de cumuler des cristaux bonus, quand même), que l’on a coupé des branches à l’arbre de compétences et qu’enfin le jeu semble plus bourrin que le premier épisode, car moins difficile et plus court – mais amusez-vous à marteler bêtement le bouton carré pour terminer le mode Unleashed, et on en reparle.

Mais on a parfois la désagréable impression, il est vrai, que le jeu ne fait pas tout pour mettre en valeur son gameplay – qui compte quelques nouveautés sympas comme le Mind Trick par exemple. Les duels contre des maîtres Sith ou Jedi sont rares et d’ailleurs peu intéressants, et à la place il faut se farcir des combats (titanesques, certes) contre des robots ou des monstres gigantesques peu charismatiques – l’apparition du Gorog est sublime, cependant. Concernant ce gameplay, sensiblement tiré vers le bas, il convient aussi de préciser qu’il propose quand même de fort jolies choses, comme le renvoi de missiles et autres projectiles, qui se retrouve souvent au centre des débats – à la pointe des combats. C’est tout simplement jouissif : possibilité de renvoyer un missile à l’envoyeur en parant au dernier moment (L2) ou capacité de s’en saisir via la Force (R2) et par conséquent de le projeter où bon vous semblera. De plus, une jauge de Fury montera désormais au fur et à mesure de vos exploits – une fois gonflée au maximum, vous pourrez la déclencher afin de provoquer des dégâts considérables. Peut-être trop, d’ailleurs, ce qui colle finalement assez bien au côté un peu bourrin du jeu en question.

Le gameplay de THE FORCE UNLEASHED II est donc loin d’être aussi pauvre qu’annoncé par certains journalistes de jeux vidéo (j’ai toujours du mal à associer ces deux termes) – et les compétences de Jedi (même le Mind Trick, oui) comme les différents combos au sabre s’avéreront indispensables à maîtriser si vous jouez dans une difficulté élevée – a fortiori en mode Unleashed. De plus, avec des sauts plus souples que dans le premier épisode, on se surprend à bouger avec la grâce d’un cabri couplée à la rage d’un lion. Virevoltant ! Oubliez les sauts parfois mal calibrés de la première aventure – ici le personnage répond au doigt et à l’œil du tigre. Il est malgré tout regrettable que la plupart des niveaux, moins axés platformers qu’auparavant, ne permettent pas au joueur de profiter pleinement de pareilles capacités. Des niveaux qui sont d’ailleurs globalement décevants – pas parce qu’ils sont linéaires, c’était déjà le cas dans le premier jeu, mais ils manquent de profondeur, de verticalité… de diversité. C’est d’autant plus regrettable que l’aventure commence bien : le début sur Kamino est réussi, la suite sur Cato Neimoidia aussi. Puis ça tourne en rond, sans inspiration (Dagobah est une vaste blague) – au point de nous faire revenir sur Kamino à la fin ! Ne comptez donc pas sur THE FORCE UNLEASHED II pour vous faire visiter les meilleurs siths touristiques de la galaxie ! Heureusement le jeu est beau, vraiment très beau pour l’époque et pour la machine – ça aide à faire passer la pilule. Ajoutez à cela une ambiance sonore fantastique, quelques démembrements pour réveiller le sadique qui sommeille en nous et une mise en scène qui frise parfois le génie – ces quelques moments où Starkiller plonge longuement dans le vide, c’est juste sublime.

Fraichement accueilli à sa sortie, THE FORCE UNLEASHED II demeure malgré tout un excellent défouloir dans l’univers de STAR WARS, notamment grâce à ses combats qui transpirent littéralement la Force – quel bonheur d’envoyer voler des Stormtroopers ! Mais globalement, oui, le premier jeu demeure supérieur à sa suite : niveaux mieux construits, duels épiques, combats plus techniques… et scénario mille fois mieux pensé. C’est simple, dans THE FORCE UNLEASHED II l’histoire ne semble être qu’un prétexte pour faire avancer le personnage, alors que dans le premier jeu tout s’imbriquait naturellement, avec une classe presque cinématographique – pré-Disney, bien évidemment ! En bref : si vous êtes bon public, fan de STAR WARS, amateur de beat’em all avec une propension à éviter les modes de difficulté easy ou normal, vous vous amuserez sans doute autant que moi avec cette suite peu ambitieuse, mais efficace. La Force tranquille, en quelque sorte…

Note :

THE FORCE UNLEASHED II ne propose pas assez de nouveautés par rapport au premier jeu. Pire : il est globalement moins intéressant (combos, niveaux, ennemis, arbre de compétences, histoire…) et se termine plus vite. Mais le jeu est beau, il améliore certaines choses (les sauts, les QTE…) et les combats sont toujours très amusants avec quelques jolis coups à la clé (renvoi de missiles, Mind Trick, salles de défi…). Malgré tout, il faudra sans doute jouer en mode Unleashed pour en apprécier les quelques subtilités. Dernier détail : le DLC se déroulant sur Endor n’a pas été inclus sur le Blu-ray de l’édition “Essentials”, sortie en 2013 – faut-il y voir l’ombre du côté obscur de Disney, qui a racheté LucasArts en 2012 ?

Images : Mobygames

Trailer :

 

 

Genre : . Ce contenu a été publié dans CURRENT-GEN, Test, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *