Mickey to Minnie Magical Adventure 2 (Super Famicom, 1994)

MICKEY TO MINNIE MAGICAL ADVENTURE 2
Titre alternatif : The Great Circus Mystery starring Mickey & Minnie
Année : 1994
Studio : Capcom
Éditeur : Capcom
Genre : la piste aux étoiles (dans les yeux)
Joué et testé sur Super Famicom
Support : cartouche


Mickey et Minnie voyagent en bus jusqu’au cirque qui vient de s’installer, tout au bout de la ville. Sur place, ils croisent leur ami Dingo, qui les informe d’une bien étrange nouvelle : toutes les personnes présentes au cirque auraient disparu. Mickey et Minnie décident d’enquêter sur place pour en avoir le cœur net… et se rendent rapidement compte que Pluto et Donald font partie des personnes s’étant mystérieusement volatilisées ! Le couple de souris l’ignore encore, mais l’ombre du terrible Empereur Pat Hibulaire plane une nouvelle fois dangereusement sur le petit monde magique de Disney…

Pas facile de succéder à un jeu de plateformes aussi magique que MICKEY NO MAGICAL ADVENTURE… Cette suite parvient malgré tout à s’en sortir avec les honneurs. Tout d’abord elle améliore encore des graphismes qui, pourtant, confinaient déjà au sublime – les sprites des personnages, notamment, semblent avoir fait l’objet d’une attention toute particulière. Ensuite, elle insuffle un semblant de fraîcheur avec la mise à disposition de trois nouveaux costumes : un cowboy super mignon sur son cheval sauteur et rigolo, un Mickey nettoyeur armé d’un aspirateur et enfin une espèce d’alpiniste (un spéléologue ?) légèrement différent de celui du premier jeu (ici Mickey pourra littéralement s’accrocher aux parois !). Ces petits changements font un bien fou, et sont d’ailleurs mieux pensés que ceux du troisième épisode de la série.


Télé-féérique ?

Mais cette suite va encore plus loin en proposant aux joueurs de jouer à deux en coopération : l’un contrôlera Mickey, et l’autre Minnie. Comme le jeu est très facile, pas de prise de bec possible – seuls le fun et les fous rires auront ici voix au chapitre. On peut d’ailleurs se demander si le jeu n’est pas trop facile. Certes on peut y jouer en mode hard, mais cela ne complique pas drastiquement les choses. Pour ma part, je pense qu’il y a un temps pour tout – un pour suer, stresser, jurer et insulter la Terre entière (sauf maman)… et un autre pour se détendre et profiter tranquillement d’une petite aventure féérique, le sourire constamment dessiné sur le visage, avec le cerveau branché en mode bucolique.

Si elle ne parvient pas, à mon sens, à égaler la délicate maestria du premier épisode, cette deuxième aventure magique de Mickey amuse et détend toujours autant. J’ai particulièrement apprécié le début dans le cirque, tellement coloré, le costume de cowboy avec son petit cheval à croquer, le spéléologue/alpiniste qui permet d’envisager certains niveaux sous un angle nouveau, le passage épique dans les grottes avec l’eau qui monte, le manoir hanté avec ses fantômes gloutons, quelques séquences sous-marines plutôt inspirées et des boss le plus souvent bien pensés et franchement amusants : le nuage, le dinosaure, le tableau maudit, etc. Une réserve cependant : j’ai été désagréablement surpris par une saynète du niveau 3 (le manoir hanté). Il s’agit de l’ascension, haletante et théâtrale, d’une tour brinquebalante : notre héros y emprunte un escalier circulaire, avec un effet qui se voudrait rotatif – l’illusion ne marche jamais, bien au contraire. Chose d’autant plus surprenante que d’autres jeux, datant aussi de 1994, étaient parvenus à nous faire tourner la tête – et surtout l’écran, avec des effets de toute beauté (MICKEY MANIA, SKYBLAZER…).

Niveaux courts, enchanteurs et variés, costumes permettant d’utiliser des capacités spéciales et d’apprécier comme il se doit un level design bien pensé, MICKEY TO MINNIE MAGICAL ADVENTURE 2 n’a pour ainsi dire aucun défaut – hormis son outrageante facilité ? Peu importe ! Le jeu de Capcom c’est une difficulté minnie, pour un plaisir maxi.

Note :   Nostalgie :

C’était une gageure, et pourtant ce deuxième épisode des MAGICAL ADVENTURE (ou MAGICAL QUEST) est peut-être encore plus beau que le précédent. Quant aux musiques, elles sont très jolies mais moins marquantes que dans le premier jeu. Sur le fond, c’est aussi presque aussi bon, la surprise en moins, avec trois nouveaux costumes dont une panoplie de cowboy mignonne à souhait, et la possibilité de jouer à deux en coopération. Et si le jeu est toujours très facile, le contrat est une nouvelle fois rempli : on s’amuse !

Images : Jeux vidéo et des bas / YouTube

Vidéo :

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :