RoboCop (Amstrad CPC, 1988)

icone Amstrad_CPC464ROBOCOP
Année : 1988
Studio : Ocean
Éditeur : Ocean
Genre : RoboCop resserre lewis et les boulons
Joué et testé sur Amstrad CPC
Support : cassette ou disquette


Lâchement assassiné par une bande de loubards sanguinaires, Murphy va, après une opération inattendue, se retrouver dans le corps de RoboCop. Dans son carcan de métal, Murphy retrouvera rapidement la mémoire : il va alors s’en aller botter des fesses et briser des mâchoires, tout au long de neuf niveaux composés de combats en scrolling horizontal, de reconstitutions de portraits robots (c’est le cas de le dire) et de sauvetages d’otages en vue à la première personne.

La borne d’arcade ROBOCOP, de Data East, fut adaptée sur bien des supports à la fin des années 80, tout y est passé ou presque, des ordinateurs 8 et 16 bits sans oublier les petites consoles en plastique qui ne ressemblaient à rien mais qui en avaient sous le capot… la Famicom en tête. Si c’est sur cette dernière machine que le jeu ROBOCOP se révèle (à mon sens) le plus sympa à jouer, la version Amstrad CPC est néanmoins remarquable pour l’époque : les couleurs pètent de partout, les niveaux sont assez nombreux, on a droit à quelques chapitres avec un gameplay original (tirs sur un ennemi qui retient une femme en otage, reconstitution de la photo d’un suspect – comme dans le film) et au niveau sonore c’est pas mal non plus avec une petite musique sympatoche et… quelques voix digitalisées (à la truelle mais digitalisées quand même) en guise d’intro. C’est quasiment du robot à Cop-ella : énorme !

Côté gameplay, on se retrouve en terrain miné (car un peu lourd, c’est de l’Amstrad) mais connu : RoboCop peut ainsi tirer dans toutes les directions ou donner des coups de poing (parfois RoboCop range son arme s’il estime que des dommages collatéraux sont envisageables). On est donc obligé d’alterner le beat’em all avec le run walk and gun.  À noter qu’à la manière du portage sur Famicom, ici RoboCop ne peut pas sauter… contrairement à la plupart des autres versions (dont l’originale, sur borne d’arcade). Un mal pour un bien… car si on perd irrémédiablement en nervosité, on se rapproche aussi davantage du vrai personnage du film (vous vous souvenez avoir vu Murphy sauter, vous – hormis après avoir pris une grenade en pleine poire, bien évidemment).

ROBOCOP est par conséquent un super jeu… pour l’époque et pour la machine, je le répète, car aujourd’hui ce titre souffre quelque peu de la comparaison avec les autres portages. Sur Amiga (bien évidemment techniquement supérieur) et sur Famicom… qui respecte moins la borne d’arcade mais se révèle plus sympa à jouer et à prendre en main, rapport au level design, aux ennemis… au fait que la plupart des jeux de l’époque étaient souvent meilleurs sur les consoles 8 bits plutôt que sur les ordinateurs de la même génération. ROBOCOP demeure malgré tout une valeur sûre de l’Amstrad, et rappellera des souvenirs émus aux glorieux anciens, amateurs de la marque au crocodile. Oui on n’est pas près de l’oublier : RoboCop a donc aussi bossé pour l’OCPC.

Note :       Nostalgie :

ROBOCOP, sur Amstrad, fait partie de ces titres micro qui étaient excellents à la fin des années 80, mais qui ont pris un peu de plomb dans l’aile avec les ans… contrairement à des jeux console sortis à peu près au même moment et auxquels on rejoue avec plus de facilité. Pour apprécier ROBOCOP aujourd’hui, il faut donc sans doute l’avoir connu au moment de sa sortie : gardez bien en tête qu’à l’époque, ROBOCOP était une petite tuerie pour l’Amstrad CPC. Graphismes colorées, super petite musique, quatre armes différentes à récupérer et niveaux intéressants avec des chapitres bonus vraiment sympas. Bref, un jeu que les gens de ma génération n’ont certainement pas oublié.

Une vidéo (le bonhomme maitrise son sujet) :

mag vintage

Genre : , . Ce contenu a été publié dans OLD-GEN, Test, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à RoboCop (Amstrad CPC, 1988)

  1. Cherycok dit :

    Jy avais joué sur nes, jen garde un bon souvenir

  2. masterdje dit :

    Joué sur GameBoy, avec la fameuse maniabilité glissante des jeux “ocean” de l’époque (hook, hudson hawk, etc) … ahhh le bon temps … mais qu’ai-je fait de mes cartouches ? :/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *