Incredible Crisis (PlayStation, 1999)

tondemo crisisicone playstationINCREDIBLE CRISIS
Titre alternatif : Tondemo Crisis!
Année : 1999
Studio : Polygon Magic
Éditeur : Tokuma Shoten
Genre : crise de nerds
Joué et testé sur PlayStation
Support : CD-ROM


Une journée normale dans une famille japonaise de classe moyenne. Enfin « normale », c’est vite dit. Car ce soir, c’est l’anniversaire de la grand-mère, qui vit avec la famille de son fils depuis qu’elle est veuve. Interdiction d’arriver en retard ! Hélas… chacun des membres de cette famille attachante va vivre une journée folle, indescriptible. Et il va falloir se battre, pour arriver à l’heure à l’anniversaire de grand-mère !

Taneo, le père, va devoir esquiver les débris de l’immeuble de son bureau, tombant littéralement en ruine à la manière d’un film catastrophe. Il finira même par rencontrer la femme fatale la plus improbable qui soit. La mère, de son côté, aura maille à partir avec un gang de braqueurs de banque… quand le jeune fils se retrouvera au centre d’un remake improbable du film « Chéri j’ai rétréci les gosses ! ». Ririka, l’adolescente de la famille, pensera avoir le temps de s’amuser au karaoké avec ses amies… mais elle sera vite rattrapée par la réalité (?) : les extraterrestres ont en effet débarqué !

incredible crisis 01incredible crisis 02

Aujourd’hui je pensais m’être levé du bon pied. Une bonne chose car on doit fêter l’anniversaire de grand-mère ce soir. J’essaierai de rentrer plus tôt du bureau et surtout de ne pas être en retard – sinon ma femme va encore me tirer les oreilles ! Une fois arrivé au bureau, je commence par une séance d’assouplissements avec mes collègues. On est tellement dedans que ça finit en “disco/break dance”, un truc de fou – hilarant ! Par la suite, je suis poursuivi dans les couloirs de ma boîte par une boule immense qui s’est détachée d’un immeuble en construction  O_o Après une petite course-poursuite, je m’en sors presque indemne et saute dans un ascenseur fou… que j’ai toutes les peines du monde à arrêter sans me prendre une télévision sur la tête ! Une ambulance me récupère mais les infirmiers psychopathes me posent des questions façon « quiz fatal » alors qu’ils devraient prendre le temps de me soigner… Je m’échappe sur un brancard, je manque de me faire écraser par les voitures puisque je prends la route à contresens. Quelques péripéties plus tard, je crois avoir enfin de la chance en tombant sur une créature de rêve. Elle m’emmène dans une grande roue et me demande de la masser… jusqu’à l’extase. Je m’exécute, mes doigts savants font leur travail mais la belle finit par sauter dans le vide : oui en plus de la demoiselle, il y avait une deuxième bombe dans la cabine… mais celle-ci était conçue pour réellement exploser ! Je m’en sors encore par miracle. Je pousse un ouf de soulagement car j’arrive enfin à un point où je peux sauvegarder ma progression. Je reprendrai le jeu plus tard. Je suis exténué ! Oui, j’ai joué à INCREDIBLE CRISIS sur PS1 !

incredible crisis 03incredible crisis 04

Vous l’aurez compris : INCREDIBLE CRISIS est un jeu humoristique multi épreuves. Pas mal de situations font mouche, surtout que les clins d’œil ciné sont nombreux – chacun des mini jeux détourne en fait le titre d’un film, et lorsque vous aurez terminé le mode histoire, vous pourrez sélectionner le mini jeu de votre choix à la manière d’un client fouinant sur l’étagère d’un vidéoclub. En plus du septième art, INCREDIBLE CRISIS fait la part belle au Japon. Le père salaryman qui fait des étirements le matin au bureau et qui ne reste pas insensible aux charmes d’une belle fille, la mère femme au foyer qui sait particulièrement bien gérer le budget familial, la fille lycéenne avec sa jupette, son amie ganguro (c’était à la mode à lépoque) et ses parties de karaoké, la grand-mère qui vit sous le même toit, le gamin passionné par les insectes (Chéri j’ai rétréci le gosse ?!)… On nage en plein stéréotype, élégamment coincé entre la satire acide et le clin d’œil bienveillant.

incredible crisis 05incredible crisis 06

Si on rit vraiment (rien que la première épreuve, les étirements, est hilarante), la difficulté mal calibrée du soft nous ramène à la dure réalité : parmi les 26 mini jeux, on retrouve ainsi du shoot, de la course d’obstacles, du jeu de rythme, des quiz, des parties d’équilibriste, de la mémorisation… et si certains peuvent se boucler du premier coup, d’autres risquent au contraire de vous pousser au suicide au lancer de CD-ROM par la fenêtre. Comble du sadisme : les vies sont limitées (on peut en gagner en réalisant de bons scores) et en cas de game over, vous reprenez à votre précédente sauvegarde – soit parfois un ou deux jeux plus tôt ! Pire, certains mini jeux abusent du « je martèle le bouton pour accélérer ». Une fois ça va, mais quand on nous ressert le même plat alors qu’on a déjà le ventre plein, on finit par friser l’indigestion – le dernier mini jeu en est la parfaite illustration. C’est une véritable torture puisqu’il faut appuyer extrêmement vite sur deux boutons alternativement tout en pressant parfois les flèches directionnelles pour éviter des obstacles. Au moment où j’écris ces lignes, j’en garde encore des séquelles à la main droite…

incredible crisis 07incredible crisis 08

Au final, INCREDIBLE CRISIS laisse un sentiment mitigé. Les mini jeux sont plutôt variés, même si quelques-uns se répètent inexplicablement (le bateau, par exemple). Mention spéciale aux petits quiz vraiment drôles – dont un génial dans métro, où il faut regarder par la fenêtre les indications tandis que la rame accélère (l’un des deux mini jeux absents des versions occidentales, d’ailleurs). Hélas d’autres épreuves sont plutôt rageantes. Parfois à cause de leur difficulté, parfois en raison de l’overdose de « bourrinage massif sur le bouton ». Et il peut arriver que ces deux problèmes se cumulent sur une seule et même épreuve. Damned.

incredible crisis 09incredible crisis 11

Heureusement INCREDIBLE CRISIS sait aussi distiller un humour tour à tour ravageur, nonsensique, référencé et grotesque, à tel point que certaines phases sont à faire absolument – la gym au bureau, l’adolescente qui chante comme un manche au karaoké, la mère de famille qui soupèse ses courses pour récupérer une idole en or à la manière d’Indiana Jones (les féministes vont hurler), etc.

Êtes-vous prêt pour une crise de nerds ?

Note :    Nostalgie :

Faux party game, INCREDIBLE CRISIS est en fait un jeu solo qui propose de nombreux mini jeux (26 au Japon, 24 en Occident – à cause des kanjis). Si le principal écueil de cette aventure surréaliste est sa difficulté très mal dosée et pas vraiment progressive, il faut bien avouer que l’on s’amuse malgré tout. L’humour est omniprésent et franchement réussi, et on sent que les programmeurs ont porté un regard à la fois critique, moqueur et aimant sur une famille japonaise type. À noter, si vous souhaitez briller lors des réceptions de l’ambassadeur (qui comme chacun sait sont réputées pour le bon goût du maître de maison), que l’excellente bande originale a été composée par le Tokyo Ska Paradise Orchestra, et que le père de famille est “doublé” (il ne dit pas grand-chose !) par l’acteur Fukikoshi Mitsuru – d’ailleurs, même physiquement, je trouve qu’il y a comme un air de famille !

Images : ce site

Vidéo :

mag vintage

Genre : , , . Ce contenu a été publié dans OLD-GEN, Test, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *