Dex (Enhanced Version) (PlayStation 4, 2016)

dex-ps4_frontplaystation-4-iconeDEX (ENHANCED VERSION)
Année : 2016
Studio : Dreadlocks
Éditeur : Badland Games
Genre : Deus dEx
Joué et testé sur PlayStation 4
Support : Blu-ray


Dex, jeune femme aux cheveux bleus et au passé brumeux, se réveille un jour comme les autres… Sous la nuit noire d’une ville tentaculaire, étouffée par la surpopulation, écrasée par des gratte-ciels qui semblent priver les bas quartiers du moindre rayon de soleil, gangrénée par des gangs prêts à tout pour s’enrichir ou simplement survivre, et par les méga-corporations qui paraissent tirer les ficelles, tisser leurs toiles aussi bien physiques… que virtuelles. Oui Dex se réveille un jour comme les autres. Mais les quelques heures qui vont suivre vont changer sa vie : poursuivie par des tueurs trop bien entrainés pour n’être que de simples malfrats, elle ne devra son salut qu’à Raycast, le plus célèbre hacker de l’histoire… Dex semble en effet avoir un rôle à jouer, dans le futur d’un monde qui parait avoir déjà basculé – mais de quel côté ? Ce sera à vous d’en décider.

dex-ps4-06

DEX est le fruit des fendus de la scène indépendante. Et on peut les remercier, ces irradiés du cyberpunk, tant le genre en question n’est pas en odeur de sainteté et ce, quel que soit le média ciblé. Il faut bien avouer que le cyberpunk est moins sexy qu’auparavant, qu’il passionne moins les foules – la faute au serpent qui finit par se mordre la queue ? Eh oui, la fiction qui rejoint la réalité, on y a assisté. On est en plein dedans. Le cyberpunk, c’est aujourd’hui. Maintenant ! Cet univers, tout droit sorti de l’imaginaire d’écrivains de génie des années 80, est donc désormais beaucoup moins dépaysant qu’il y a trente ans. Les mégapoles croulant sous les néons et la pollution, avec les quartiers pauvres et les plus riches très proches mais barricadés, comme refermés sur eux-mêmes, on connait. Les multinationales se soustrayant à l’autorité des pays, ça ne vous rappellerait pas quelque chose ? Google, Facebook, Microsoft… Mon petit doigt me dit qu’elles ne tarderont plus à faire sécession ! Et ces technologies qui nous dépassent, devenues par trop indispensables à notre petit confort urbain… Les greffes, les prothèses intelligentes, la réalité virtuelle, la nanotechnologie… En y réfléchissant bien, on s’aperçoit que tout cela fait déjà presque partie de notre quotidien – n’est-ce pas monsieur Pistorius ?

dex-ps4-01

Le cyberpunk est mort ? Vive le cyberpunk ! Oui le genre est toujours vivant dans le cœur des fans, prêts à se jeter sur le moindre os virtuel à ronger. Pour eux, DEX constituera un mets de choix : vibrant hommage à un genre quelque peu déchu, le jeu de Dreadlocks plaira aux nostalgiques de ce futur presque révolu. Mieux, avec son imagerie 16 bits (très Super Nintendo), DEX ne se trompe pas de cible : les fans trentenaires ou quarantenaires qui prendront plaisir à plonger tête la première dans une aventure cyberpunk aux sombres relents de pixels d’antan. Et si vous aimez le style néo-rétro, vous avez toutes les chances de tomber sous les balles fatales de mercenaires des méga-corporations, certes, mais aussi sous le charme de ces magnifiques décors en 2D qui ne constituent aucunement un frein à l’aventure, bien au contraire. Les programmeurs de Dreadlocks ont en effet su tirer le meilleur, que dis-je la substantifique moelle de cette 2D : quelques passages dissimulés, des quartiers parfaitement bien imbriqués, bien évidemment la possibilité d’aller et venir sur plusieurs plans mais encore et surtout un charme fou. Oui, DEX a une gueule de porte-bonheur ! Les différents quartiers dégagent chacun une atmosphère différente (soulignée par de superbes musiques), les passants vont et viennent, les décors sont animés… Quelle douce claque j’ai prise lorsque j’ai pour la première fois trainé mes guêtres dans le merveilleux quartier chinois !

dex-ps4-07

Si sur la forme DEX plaira sans aucun doute aux vieux de la vieille (les plus jeunes risquent de tiquer), sur le fond le jeu est également réussi – là aussi dans un style qui s’avérera un brin rigide pour les non initiés, avec son lot de quêtes FeDex à la clé (petite blague prête à concourir pour le titre du pire jeu de mot de l’année 2016). Heureusement, lesdites quêtes annexes sont plutôt bien intégrées à l’aventure, surtout elles sont le plus souvent portées par des personnages attachants – oui, presque vivants ! L’excellent travail qui a été fait sur les doublages et sur les dialogues (parfois très crus) n’y est pas pour rien…

Mais une précision s’impose, concernant l’univers de cet action-RGP : il s’inspire de l’essence originelle du cyberpunk, et aucunement de l’itération Shadowrun (jeux de rôles, livres…). Pas d’orcs ni de magie vaudou au programme, donc… Contrairement à un jeu mémorable de la Super Nintendo, intitulé SHADOWRUN, et dont DEX semble néanmoins s’inspirer – quelques lieux semblables, système de jeu similaire et surtout gameplay divisé en deux parties bien distinctes : dans le monde réel, et dans le virtuel, aka ce monstre tentaculaire qui empiète chaque jour davantage sur nos vies… le Cyberspace.

dex-ps4-02

Pour progresser dans l’aventure de DEX, il conviendra donc d’être compétent à la fois dans le monde réel, mais aussi dans le virtuel – le hacking est tout simplement essentiel à votre réussite. Il faudra donc très rapidement faire des choix : quelles compétences augmenter en priorité ? Sachant que les ennemis ne respawnent pas (une bonne chose selon moi), oubliez toute possibilité de farming : non, à la fin du jeu, vous serez loin d’avoir gonflé toutes vos compétences au maximum. Comme DEX propose plusieurs approches possibles (combat à mains nues, armes à feu, discrétion, possibilité de hacker des ordinateurs mais aussi… des cerveaux !), le joueur pourra progresser comme bon lui semble… même si… j’ai eu l’impression que le hacking était, de loin, ce qui simplifiait le plus la vie. À titre d’exemple, pour ma part je n’ai presque jamais combattu à l’arme à feu, et hormis les coups de poing, j’ai commencé à augmenter mes capacités physiques uniquement vers la fin du jeu…

dex-ps4-10

Oui, le joueur a donc le choix. Le choix dans le style de jeu qu’il veut adopter. Le choix dans l’orientation du scénario – de nombreux dialogues différents sont disponibles, aboutissant parfois à des solutions contraires. Le choix dans la date – on ne vous pressera presque jamais d’en finir avec vos quêtes, et vous pourrez donc baguenauder à l’envi, voire prendre du bon temps avec des prostitués, hommes ou femmes – j’appelle cela le Cyberspasme. Cette sensation de liberté dans un monde en 2D est l’une des grandes réussites de DEX. La manière dont les implants changeront vos capacités à un moment précis de l’aventure, est également bien amenée. De nouvelles portes s’ouvriront, des passages se dévoileront. Et à force de gratter, le joueur finira par découvrir l’effroyable vérité.

dex-ps4-09

Si j’ai adoré DEX, c’est parce que j’ai été élevé au bon grain du pixel 16 bits. Parce que j’ai grandi avec le monde de Shadowrun dans un coin du disque dur qui me tient lieu de cerveau. Parce que, pour moi, la technique ne fait pas tout, dans un jeu vidéo. La part d’imaginaire, ce premier pas à faire pour le joueur désireux d’entrer dans un autre univers, moi je n’ai jamais rechigné à l’exécuter. Des joueurs plus jeunes pourraient avoir plus de mal à aller au bout d’un tel soft, surtout que les combats ne sont pas très passionnants et qu’il faut lire de nombreux textes de l’intrigue pour en comprendre tous les tenants et les aboutissants…

dex-ps4-12

Un dernier mot sur la version du jeu disponible sur PlayStation 4. Il s’agit de la Enhanced Version, qui semble corriger bien des bugs (notamment avec son patch que je vous conseille d’installer) et ajouter pas mal de choses : possibilité de sauvegarder à la volée ou encore un DLC proposant trois tenues très… particulières. Qu’il vous faudra d’ailleurs trouver. Non, rien n’est acquis, dans l’univers réel/virtuel ravagé de DEX. Virtuel, vraiment ? Nope, vous pouvez pousser un ouf de soulagement : DEX est bel et bien sorti en boîte sur PS4, avec une belle notice et un CD incluant toutes les musiques du jeu. Malgré vos compétences que j’imagine immenses, il ne sera donc pas nécessaire de hacker tout cela, pour pouvoir profiter de ce Cyberspace-opéra !

Note :

DEX est un action-RPG moderne à l’ancienne. Oui, il garde un œil visé dans le rétro – glorieux hommage à un genre en constante agonie (le cyberpunk) le tout habillé par une imagerie 2D très “Super Nintendo”. Quelques menus défauts viennent toutefois trahir son côté “petite production indépendante” – l’action est par exemple peu passionnante. Heureusement d’autres détails, au contraire très professionnels, viennent rehausser le tout. Les nombreux textes et doublages sont ainsi de grande qualité. Tout comme la progression (plusieurs chemins possibles, différentes branches de gameplay accessibles) et cette merveilleuse map en 2D que l’on prend un plaisir infini à fouler de ses petits pieds.

Images : http://www.gamerassaultweekly.com

Trailer :

Genre : , . Ce contenu a été publié dans CURRENT-GEN, Test, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Dex (Enhanced Version) (PlayStation 4, 2016)

  1. Fred - FLQ dit :

    Ça me fait plaisir de le voir en test ici : je l’ai fini il y a quelques mois à peine (sur mon ordi mais c’était aussi la enhanced). J’ai comme toi beaucoup apprécié, le jeu en lui-même bien sûr, mais également sa critique évidente du système actuel comme tu le soulignes si bien. Un très bon moment ! (PS : corps à corps et hacking comme style de jeu pour moi). 😀

  2. Fellock dit :

    Superbe test, Oli ! Je me réserve ce jeu pour 2017. Après avoir lu ces quelques lignes, j’ai encore plus envie de m’y plonger. Et puis, je vois que tu en as profité pour glisser cette fameuse contrepèterie dans ton texte. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *