Ski Paradise with Snowboard (Super Famicom, 1994)

SKI PARADISE WITH SNOWBOARD
Titres alternatifs : Val d’Isère Championship / Tommy Moe’s Winter Extreme: Skiing & Snowboarding
Année : 1994
Studio : Loriciel
Éditeur : Mindscape / Pack-In-Video
Genre : Mode Sept Laux
Joué et testé sur Super Famicom
Support : cartouche


La station de Val d’Isère accueille les meilleurs skieurs et snowboarders de la planète. En mode compétition, trois possibilités s’offrent à vous : slalom, super géant ou descente. En plus du chrono très serré, vous devrez prendre garde aux pièges naturels disséminés çà et là sur les pistes – rochers, plaques de glace ou zones déneigées qui vous ralentiront. C’est fou : je pensais que les pistes de Val d’Isère étaient mieux entretenues que cela ! En mode free ride, vous aurez la possibilité de parcourir toutes les longues pistes de la station française, mais toujours avec les secondes d’un chrono assassin qui s’égrainent à toute allure… et cette fois, faites attention aux skieurs et aux scooters des neiges qui risquent de vous mettre des bâtons de ski dans les roues !

Avec ses effets spéciaux ébouriffants et sa vitesse folle, VAL D’ISÈRE, sur Super Nintendo en 1994, ce n’était pas de la poudre aux yeux… mais de la poudreuse dans les yeux ! À une époque ou la présence de jeux de glisse sur les consoles ne coulait pas de source, on peut dire que VAL D’ISÈRE a fait office de précurseur en la matière. Surfant sur la neige mais surtout sur le succès des Jeux olympiques d’Albertville, VAL D’ISÈRE, des petits Français de Loriciel, m’avait littéralement épaté au moment de sa sortie. Alors que j’avais bien profité des J.O. (j’habitais alors à Albertville et mon lycée avait fermé pendant une partie de la compétition ahah) mais que je me remettais mal de la prestation des dinosaures de Stade 2, j’avais envie, comme beaucoup, de prolonger le plaisir sans avoir à subir les litanies de certains journaleux. À la manière d’un planté du bâton de Jean-Claude Dusse, VAL D’ISÈRE tombait donc à pic.

Le jeu de Loriciel n’est pas avare en options : slalom, super géant et descente sont les trois types de courses proposés. Pour chacune d’entre elles, vous pourrez à loisir choisir le ski, ou le snowboard – et pour l’un comme pour l’autre, les sensations sont là ! Ça va vite, il faut prendre des courbes souvent hyper serrées (utilisez les gâchettes L et R ou le bouton Y pour un virage sec), les animations sont excellentes… bref on y croit, VAL D’ISÈRE impressionne et on s’amuse vraiment. Ici une plaque de glace qui risque de nous déporter, là un drapeau trop proche qui nous heurte en nous fouettant comme le vent mordant, ou encore des zones déneigées qui nous ralentissent dangereusement voire des rochers assassins qui parsèment parfois les bords de la piste. Oui, il faut s’accrocher !

Entre les chronos serrés, les drapeaux placés sur la piste avec un sadisme déplacé et les obstacles naturels (brusque descente, glace, terre, bosses, etc.), VAL D’ISÈRE montre d’entrée les crocs et plus d’un joueur normalement constitué s’y cassera les dents. Est-ce que le jeu aurait pu être plus facile ? Certainement, mais les développeurs de l’époque ont avoué ne pas avoir souhaité brider la vitesse de leur bébé, même si cela devait se faire aux dépens de la présence d’un « mode facile ». Malgré tout, je pense qu’ils auraient aisément pu créer des pistes moins tortueuses, voire ajouter un signal (des flèches ?) pour nous aider à anticiper les terribles virages que l’on a du mal à voir venir lors de la descente par exemple.

Par conséquent, ici il est difficile de conclure, même sur un malentendu… Le jeu est en effet dur, trop dur. Heureusement, un système de mots de passe a été implanté pour faire souffler le joueur à intervalles réguliers durant les compétitions, et un mode free style permet de skier sans trop se prendre la tête – et a fortiori sans l’encastrer dans l’un des nombreux rochers trainant çà et là. Hélas, après quelques courses contre le chrono (il faut atteindre un checkpoint avant la fin du temps imparti avec choix des routes à la OUTRUN), ce mode qui parait abordable dévoile son vrai visage : un enfer blanc pavé non pas de bonnes intentions, mais de pièges plus retors les uns que les autres, qui s’accumulent parfois – des sapins + des rochers + du brouillard + de la glace + la nuit, et si vous survivez à cela, prenez garde aux skieurs du dimanche qui déboulent parfois par grappes entières. Le tout avec un chrono de plus en plus serré (moins de 10 secondes sur la fin) et sans mots de passe – ubuesque !

Malgré ses défauts, VAL D’ISÈRE fait incontestablement souffler un vent hivernal de nostalgie très rafraichissant… et un peu de mélancolie aussi… puisqu’il fut le dernier jeu de la société Loriciel.

R.I.P. (Rest in Pixel).

Note :      Nostalgie :

VAL D’ISÈRE est l’un des pionniers modernes du genre… et un pionnier de qualité : hyper rapide, maniable, joli pour un jeu de glisse et relativement varié – notons malgré tout l’absence d’un mode deux joueurs en simultané car les développeurs pensaient que ce n’était pas possible à faire tenir sur la cartouche (ils s’aperçurent trop tard qu’ils auraient pu l’inclure… et une suite avec un tel mode resta à l’état de vœu pieux en raison de la disparition de Loriciel). Avec ses nombreuses qualités, VAL D’ISÈRE cloua au sol et dans la glace plus d’un joueur des années 90. Aujourd’hui, on y reviendra sans doute l’espace de quelques parties, le regard embué par la nostalgie, derrière nos grosses lunettes de ski virtuelles, mais aussi vite découragé par une difficulté bien mal équilibrée…

Images : emuparadise

Vidéo d’époque dans l’émission Micro Kid’s :

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :